La police nigériane a libéré une centaine de travailleurs obligés de travailler dans une usine malgré le confinement

La police nigériane a libéré une centaine de travailleurs obligés de travailler dans une usine malgré le confinement
La police nigériane a libéré une centaine de travailleurs obligés de travailler dans une usine malgré le confinement - © Chris Hondros - Getty Images

La police nigériane a libéré plus d'une centaine de personnes dans la ville de Kano, au nord du pays, d'une usine où, selon leurs dires, ils étaient enfermés depuis le mois de mars. La chaîne publique britannique BBC l'a rapporté mercredi.

Malgré le confinement pour lutter contre le coronavirus, les travailleurs ont été obligés de continuer à travailler et ne pouvaient pas quitter l'usine Popular Farms. En plus de leur salaire mensuel de 72 dollars, ils ont reçu un bonus de 13 dollars.

Cinq managers arrêtés

Selon Abdullahi Haruna, le porte-parole de la police, 126 personnes ont été trouvées dans l'usine, alors que les ouvriers disent qu'il y en avait 300. Certains devaient travailler tout le temps et recevaient peu de nourriture. Il n'y avait que de courtes pauses, la prière et les visites familiales n'étaient pas autorisées, a déclaré un travailleur à la BBC.

La police a été mise au courant de l'affaire après qu'un travailleur a appelé une organisation de défense des droits de l'Homme. L'usine a été fermée et cinq managers ont été arrêtés. Ils font l'objet d'une enquête pour privation de liberté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK