De nombreuses Françaises homosexuelles font leurs bébés chez nous

A la Clinique de la fertilité de Liège, 80% des patientes sont françaises car chez elles, la procréation médicalement assistée est interdite pour les homosexuels. Nous avons suivi la consultation de l'une de ces femmes.

Claire et Sophie ont fait sept heures de route depuis la France. Cela fait un an que ce couple lesbien essaie d'avoir un enfant grâce à ce type d’intervention.  "Nous avons fait des recherches sur internet et avons consulté des forums destinés à des couples lesbiens comme nous. La publicité pour la Citadelle était très positive et comme ma mère vient de Liège, j’ai trouvé qu’il s’agissait d’un retour aux sources", témoigne Sophie.

Trop peu de donneurs

Dans le couple, c’est elle sera la mère porteuse. Comme 80% de Françaises constituent la clientèle de ce service et sachant qu'en moyenne, la plupart doivent revenir trois ou quatre fois avant qu'il y ait un résultat, un problème se pose en termes de donneurs. "A ma connaissance, tous les centres en Belgique limitent leurs interventions faute de donneurs suffisants", précise le docteur Michel Dubois, spécialiste de la procréation médicalement assistée à la Clinique de la fertilité de Liège.   

Nous retrouvons notre couple juste après l’insémination. C’est la quatrième fois que Sophie tente l’expérience et après l’intervention, elle se sent plutôt bien. Pour ce faire, elles auraient  préféré rester au pays, mais elles sont prêtes à beaucoup de sacrifices pour donner la vie et regrettent d'être jugées de la sorte en France. Certains gynécologues français refuseraient même d'encadrer ce type d'avant grossesse.

Claire et Sophie devraient très vite savoir si cet essai a fonctionné, mais si Sophie n'est toujours pas enceinte, elles reviendront probablement prochainement dans cette hôpital de la région liégeoise.

I.L. avec David Brichard

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK