La planète aurait-elle déjà franchi le point de basculement vers un réchauffement climatique irréversible ?

La planète a peut-être déjà franchi un point de basculement vers un réchauffement climatique irréversible. Avec à la clef, des conséquences "en cascade" pour la planète. Ces propos, ce sont ceux du responsable allemand de la plus grande expédition scientifique jamais menée au Pôle Nord.

"Seule l’évaluation des prochaines années permettra de déterminer si nous pouvons encore sauver la banquise arctique présente toute l’année grâce à une protection cohérente du climat, ou si nous avons déjà franchi cet important point de basculement du système climatique", a souligné Markus Rex à Berlin, huit mois après le retour de la mission internationale menée pendant un an en Arctique.

On peut vraiment se demander si nous n’avons pas déjà marché sur cette mine

"La disparition de la banquise d’été dans l’Arctique est l’une des premières mines dans le champ de mines, l’un des points de basculement que nous déclenchons en premier lorsque nous poussons le réchauffement trop loin", a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse avec la ministre allemande de l’Education et de la Recherche, Anja Karliczek.

Or "on peut vraiment se demander si nous n’avons pas déjà marché sur cette mine et déjà déclenché le début de l’explosion", a insisté ce climatologue et physicien, scientifique de référence en matière d’étude de l’Arctique.


►►► A lire aussi : La banquise d’été du pôle Nord disparaîtra complètement avant 2059, la baisse du CO2 à cause du Coronavirus n’y changera rien


Si ce point de basculement a déjà été franchi, cela peut déclencher des effets néfastes "en cascade", a-t-il aussi averti, et "aggraver encore le réchauffement comme la disparition de la calotte glaciaire du Groenland ou le dégel de zones toujours plus vastes du permafrost arctique".

La menace plane aussi sur les anciens glaciers. "Aujourd’hui nous ne savons pas non plus si nous pouvons sauver la barrière de corail", a-t-il dit.

La banquise fond "à une vitesse dramatique"

Au retour du brise-glace Polarstern à son port d’attache de Bremerhaven, dans le nord-ouest de l’Allemagne, le 12 octobre, le chef de la mission baptisée MOSAIC avait déjà lancé un cri d’alarme concernant la banquise, affirmant qu’elle fondait à "une vitesse dramatique".

Pendant près d’un an, des équipes internationales ont recueilli des données exhaustives, en particulier durant les mois où le navire s’est laissé dériver dans les glaces du pôle Nord qui doivent livrer des informations précieuses sur le changement climatique. Il avait alors affirmé avoir vu en été "de larges surfaces d’eau liquide quasiment jusqu’au pôle, entourées de glace qui était-elle criblée de trous en raison d’une fonte massive".

Le recul de la banquise en été est considéré par les scientifiques comme "l’épicentre du réchauffement global", selon Markus Rex.

Durant 389 jours, la mission a étudié à la fois l’atmosphère, l’océan, la banquise et l’écosystème pour recueillir des données évaluant l’impact du changement climatique sur la région et le monde entier. Aujourd’hui, il a même assuré que la banquise avait reculé "plus vite durant le printemps 2020 que depuis le début des mesures" de la banquise et que l’étendue de glace durant l’été était moitié moindre que des décennies plus tôt.

 

"Dernière génération"

De son côté, la spécialiste de la banquise, Stefanie Arndt, a déploré que "nous sommes peut-être la dernière génération à pouvoir voir l’Arctique avec une banquise l’été". Or cette banquise, a-t-elle souligné, est "un espace de vie important pour les ours polaires".

Les experts ont récolté plus de 150 térabytes de données ainsi que plus d’un millier d’échantillons de glace. Durant 389 jours, la mission menée conjointement par 20 pays différents et dotée d’un budget de 140 millions d’euros a étudié à la fois l’atmosphère, l’océan, la banquise et l’écosystème pour recueillir des données évaluant l’impact du changement climatique sur la région et le monde entier.

Au total, plusieurs centaines d’experts et scientifiques ont séjourné en se relayant sur le navire qui s’est laissé glisser avec les glaces selon la dérive polaire, ce courant océanique qui s’écoule d’est en ouest dans l’océan Arctique. Chamboulée par la pandémie, la mission avait été sauvée in extremis au printemps 2020. Le Polarstern a parcouru au total 3.400 km en zigzag, soit une distance à vol d’oiseau de 1.923 km, se retrouvant à un moment donné à 1.500 km de distance de la zone de peuplement la plus proche.

Sujet du 15 juin 2021 :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK