La pilule du suicide attire les Néerlandais

Aux Pays-Bas, une association relance le débat sur la fin de vie. Chez nos voisins du nord, on ne parle pas des conditions d'euthanasie, mais plutôt de suicide assisté. L'association "De Laatste Wil" (la dernière volonté) affirme avoir trouvé un moyen de provoquer la mort en une heure, sans nécessiter l’encadrement d’un médecin. Mais aux Pays-Bas, comme chez nous, cet acte est illégal.

Cette association milite pour le droit de mourir dans la dignité quand la personne l'aura décidé, et pas forcément dans le cas où elle souffre de manière inapaisable. Or, en Belgique, une mort encadrée par un médecin se fait sous certaines conditions : le patient en fait une demande volontaire, souffre d'une maladie incurable ou de douleurs physiques ou psychiques inapaisable.

De Laatste Wil regroupe 3500 personnes aux Pays-Bas. Leur moyenne d’âge est de 70 ans. L'association aurait donc trouvé un produit légal pour permettre une mort rapide à ceux qui le désirent.

Un "conservant" plutôt qu’un médicament

Ce n'est pas un médicament, mais un "conservant". Une poudre qui provoquerait des maux de tête avant de plonger, dans l'heure, dans le coma.

Une solution décriée par François Damas, médecin intensiviste à l’hôpital de la Citadelle et ex-membre de la commission euthanasie. "Si on veut que les gens meurent dans de bonnes conditions, ce n’est pas cela qu’il faut leur proposer. On cite des maux de tête, mais on peut imaginer des troubles digestifs, des douleurs abdominales, des vomissements. Si une personne veut mourir dans de bonnes conditions, entourée par les siens, ce n’est pas un tableau à offrir. Je pense que la mort médicalement assistée, comme le prévoit la loi belge et également la loi hollandaise, sont suffisantes à cet égard ".

Comment réagissent les associations belges qui militent pour le droit de mourir dans la dignité? Jacqueline Herremans, présidente de l’association pour le droit de mourir dans la dignité a une position mitigée. " On peut mourir parce que l’on estime que l’on a vécu suffisamment longtemps. Il existe une telle demande en Belgique, que je peux comprendre. Mais le danger est que cela devienne la norme pour la société. Et que l’on prenne la décision, par d’autres dispositions par exemple, d’arrêter le traitement à partir d’un certain âge. Et de considérer que puisqu’il existe des personnes qui estiment à partir de 70 ou 80 ans que leur vie est accomplie, pourquoi encore les soigner? Il faut que cela reste une décision de l’individu et jamais une norme sociétale "

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK