La pâte d’hydrogène, une solution énergétique pour le futur ?

Des chercheurs de l’institut de recherche Fraunhofer ont mis au point l’hydrogène sous forme de pâte. Depuis quelques années, l’utilisation de l’hydrogène est un fantasme pour révolutionner beaucoup de secteurs dont celui des transports. Mais actuellement, il est encore trop compliqué à transporter. Il est nécessaire de le transporter dans des conditions extrêmement froides, on parle de -253 °C sans oublier qu’il est extrêmement inflammable. Du coup, est-ce que cette pâte permet de faire un pas de plus vers l’utilisation de l’hydrogène de demain ?

Cet élément chimique, le numéro atomique 1 de symbole H, est l’un des principaux composant du soleil, des étoiles et des grandes planètes par exemple. Et aujourd’hui, l’idée c’est d’utiliser l’hydrogène, ce gaz mis en évidence par Cavendish en 1766, pour produire de l’énergie. Effectivement, l’hydrogène va réagir avec l’oxygène et la réaction va produire de l’eau et de l’électricité.


►►► À lire aussi : Nos besoins du confinement ont provoqué une pénurie de silicium. Mais qu’est-ce que c’est ?


"Le souci, c’est que l’hydrogène est très volatil. Il est donc difficile de l’enfermer. Afin de le rendre transportable, il faut le refroidir à -253° et en plus c’est dangereux car il réagit très vite avec l’oxygène et peut devenir très vite explosif ", explique Pasquale Nardone sur la Première. Il est donc difficile d’avoir "des stations à essence" qui sont "des stations à hydrogène".

L’hydrogène pour les futures batteries de voitures ?

En parlant automobile, une autre problématique se pose, les batteries des voitures électriques utilisent des batteries lithium-ion. Pour sa fabrication, le cobalt et d’autres éléments rares de la terre sont nécessaires. Mais aujourd’hui, les scientifiques sont conscients que les ressources de la terre ne sont plus infinies. Sans oublier, la problématique du recyclage de ces batteries. Que faisons-nous avec ces batteries épuisées qui sont des mélanges complexes de métaux ? L’idée c’est d’utiliser à terme l’hydrogène puisqu’il produit de l’énergie et le déchet sera simplement de l’eau. C’est dans cette optique que des chercheurs allemands ont proposé le "powerpaste".

Powerpaste, de l’hydrogène sous forme de pâte

Pour répondre à cette problématique, l’hydrogène sous forme de pâte pourrait être une piste. Le powerpaste composé de magnésium et d’hydrogène est stabilisé avec un ester et un sel métallique. Lorsque cette pâte est combinée avec de l’eau, automatiquement il y a une réaction chimique et cet hydrogène va être envoyé dans une pile à combustible. C’est de l’énergie. Les chercheurs ont démontré que grâce à ces techniques, ils arrivent à créer 10 fois plus d’énergie qu’une batterie lithium-ion pour le même poids.

"Ils ont estimé le coût à 2 euros le kilo, c’est-à-dire 2 euros le litre. Et si tout le processus se met en route. Il y a de l’espoir", rajoute Pasquale Nardone.

Le powerpaste est donc une piste qui semble intéressante, mais qui doit encore suivre son cheminement pour être prêt à être utilisé en masse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK