La nouvelle orthographe enseignée chez nous depuis 1998...au côté de l'ancienne

En Belgique la nouvelle orthographe est enseignée depuis 1998 au côté de l'ancienne
En Belgique la nouvelle orthographe est enseignée depuis 1998 au côté de l'ancienne - © Tous droits réservés

Plus de 25 ans après son vote par l’Académie Française, la France adoptera la nouvelle orthographe dans les écoles dès la rentrée prochaine. Chez nous, l’attente a été bien moindre puisqu’on l’enseigne depuis 1998.

Les manuels, la cause du double enseignement?

Pourtant, cette nouvelle écriture de la langue française n’a jamais vraiment remplacé l’enseignement de l’ancienne orthographe. Une très grande majorité des instituteurs inculquent aux enfants les deux. " Dans notre école nous enseignons les deux orthographes. L’ancienne, car nous utilisons beaucoup de manuels français dans lesquels on retrouve majoritairement l’ancienne orthographe. La nouvelle, car c’est un décret et parce que les livres belges l'utilisent" explique Carlo Marini, enseignant à Courcelles dans la région de Charleroi.

Ce professeur préfèrerait d’ailleurs qu’une seule orthographe soit imposée à tout le corps enseignant car aujourd’hui, il n’en est rien. Selon la circulaire de 1998, elle est simplement " recommandé " aux instituteurs. Du coup, chacun fait comme il veut...

L'ancienne orthographe toujours populaire

Lorsqu’on demande aux enfants de la classe de Carlo Marini si ils pensent que le mot "oignon" s’écrit avec ou sans " i ", la réponse est sans appel. Tous pensent qu’il faut bel et bien un " i ". Pourtant avec la nouvel orthographe, il disparait. Mais ces enfants ne semblent pour la plupart pas ou peu perturbés par ces mots que l'on peut orthographier de différentes manières. Certains pensent même qu'il est normal d'apprendre les deux méthodes.

Aujourd'hui, la société est encore peu familiarisée avec cette nouvelle orthographe. L’instituteur que nous avons rencontré y est lui, assez favorable mais il craint tout de même que ceux qui ne la connaissent pas ou peu, identifient des fautes là ou il n'y en a pas. "Si l'enfant devait écrire plus tard un CV, ça peut poser problème pour les patrons qui pourraient penser qu'il ne sait pas écrire sans faute." conclut Carlo Marini.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK