La neige justifie-t-elle de ne pas se rendre au travail? Ce que dit la loi

La loi est claire : il faudra affronter les éléments, quelle que soit la situation.
La loi est claire : il faudra affronter les éléments, quelle que soit la situation. - © ERIC LALMAND - BELGA

La première offensive hivernale a touché la Belgique la semaine dernière. Le froid, la neige, le verglas... Des conditions face auxquelles les travailleurs pourraient être tentés de rester chez eux.

Sauf que. La loi est claire. Le travailleur doit faire tout son possible pour se rendre sur son lieu de travail. Il doit donc s'adapter à ces conditions météorologiques si nécessaire.

Deux exceptions

"Le message est effectivement que le travailleur doit s'adapter puisque, le principe légal, c'est qu'en l'absence de prestation il n'y a pas de rémunération, et qu'à ce principe il y a deux exceptions", indique Matthieu Dewèvre, conseiller au service d'études de l'Union des classes moyennes (UCM).

La première exception est celle d'une solution alternative que trouveraient ensemble l'employeur et le travailleur, à savoir des vacances ou une récupération.

"Au travailleur à être créatif"

La seconde intervient lorsque le travailleur met tout en œuvre pour se rendre sur son lieu de travail, mais n'y parvient pas ou n'y parvient qu'avec un retard. "Dans ce cas-là, effectivement, il pourrait y avoir rémunération de la 'non-prestation', mais il faut pouvoir démontrer que le travailleur a véritablement tout mis en œuvre. Il faut d'abord prouver qu'il s'est effectivement mis en route vers son lieu de travail et qu'il a tout fait pour arriver à l'heure."

"C'est au travailleur à être créatif sur ce point : prendre les transports en commun, ou modifier son trajet, ou faire du covoiturage, ou partir plus tôt."

Il s'agit enfin de suivre les bulletins météo pour "se tenir informé et s'adapter".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK