La musique fonctionne comme une récompense pour notre cerveau

Pourquoi aimons-nous écouter de la musique ? Que se passe-t-il dans notre cerveau à ce moment-là ? Une nouvelle recherche publiée dans le Journal of Neuroscience se penche sur cette question et apporte une piste de réponse : la musique activerait nos circuits de récompense, exactement comme un bon repas ou un bon verre. Ernest Mas Herrero et ses coauteurs ont utilisé des techniques d’imagerie médicale pour mettre en évidence les ressemblances entre la façon dont les circuits de récompense de notre cerveau traitent musique et autres plaisirs gratifiants.

Récompense, ça se passe où ?

Le circuit de la récompense s’est développé dans notre cerveau pour favoriser des comportements reliés à nos besoins fondamentaux, comme boire, manger ou se reproduire. AU fur et à mesure, il s’est élargi pour nous inciter à répéter les expériences qui nous plaisent. En anglais, on l’appelle le "medial forebrain bundle" ou MFB. C’est un circuit qui comporte des connexions nerveuses reliant deux groupes de neurones particuliers. L’un est situé dans ce qu’on appelle "l’aire tegmentale ventrale", située en plein centre du cerveau, et l’autre dans le "noyau accumbens", situé plus en avant dans le cerveau. C’est la dopamine qui est le messager chimique, assurant la connexion entre ces neurones.

La musique, ça récompense

Concrètement, un groupe de 17 fans de musique pop masculins et féminins a écouté des chansons pop, pendant qu’en même temps, l’équipe de recherche utilisait une application de l’imagerie qui permet de visualiser de manière indirecte l’activité cérébrale, et qu’on appelle l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Avant de faire le scan, l’équipe a suscité une excitation ou inhibé le circuit de récompense du cerveau, grâce à une stimulation magnétique transcrânienne. Cela consiste à appliquer une impulsion magnétique à l’aide d’une bobine, à travers le crâne, sur le cortex cérébral. En observant l’impact de ce champ, les chercheurs peuvent en déduire des informations sur le rôle et l’action de la zone du cerveau soumise au champ magnétique.

Résultat : exciter ce circuit de récompense avant d’entendre la musique, augmentait le niveau de plaisir que les participants ressentaient. En revanche, inhiber ce même circuit conduisait à la réduction des rapports de plaisir et de motivation induits par la musique.

Jusqu’ici, de nombreuses études avaient montré que le plaisir induit par la musique engageait des circuits du cerveau impliqués dans le traitement de récompenses, mais de façon corrélative. Le but de cette étude était de montrer un rapport de causalité.

Le rôle de la dopamine

Dans une étude précédente, Laurence Ferrerri et des chercheurs de l’Institut neurologique de Montréal, à l’Université McGill, se sont intéressés au fonctionnement de la dopamine, dans ce système de récompense. Ils ont observé 27 participants en bonne santé écoutant de la musique. Ils ont administré par voie orale à chacun, soit un précurseur de la dopamine (lévodopa), un antagoniste de la dopamine (rispéridone), soit un placebo (lactose) au cours de trois séances différentes. Ils ont pu démontrer que la dopamine ou son antagoniste ont eu des effets contraires dans la mesure du plaisir musical et de la motivation : le lévodopa a augmenté l’expérience de plaisir et les réponses motivationnelles liées à la musique, tandis que le médicament antagoniste de la dopamine a entraîné une réduction des deux. Ils ont ainsi pu montrer le rôle causal de la dopamine dans le plaisir musical.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK