La mise en garde d'Emmanuel André: "Noël et Nouvel An sont deux phénomènes au timing parfait pour le virus"

Ce mardi, on débriefe l'"année Covid" dans CQFD. Quelles perspectives à l'approche des fêtes et surtout à l'aube d'une année 2021 qui rimera avec vaccins? Pour en parler sur le plateau de CQFD: Emmanuel André, microbiologiste à la KU Leuven et ancien porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid 19 et Anne Timanne, pédiatre infectiologue à l’HUDERF.

Un moment charnière

On a enregistré 2 273 nouvelles contaminations quotidiennes en moyenne la semaine dernière. Un chiffre en légère hausse: +6% par rapport aux 7 jours précédents. Les autres indicateurs sont en baisse: 90 décès et 182 hospitalisations en moyenne par jour sur la même période. Contaminations et hospitalisations avaient dernièrement atteint un plateau, mais encore trop élevé pour desserer la vis.

Le pays est à un moment charnière de cette deuxième vague: la courbe peut soit repartir vers le haut, soit vers le bas, en fonction des comportements qu'on adopte. Car cette épidémie est dynamique, avec des paramètres qui peuvent changer très vite, et obliger les autorités à réagir à tout moment. Verdict ce vendredi, à l'issue d'un nouveau comité de concertation.

Noël sera suivi de Nouvel An, une semaine d'incubation plus tard

Emmanuel André explique: "Ce qui est clair, c'est qu'on est aujourd'hui dans une phase où l'épidémie a fort chuté ces dernières semaines, avant d'atteindre un plateau, et un plateau, son évolution naturelle, c'est une augmentation. Les hospitalisations et décès sont eux toujours "à retardement". Le risque des semaines qui arrivent, c'est l'érosion de l'efficacité des mesures car on est fatigué. Deuxième élément: Noël sera suivi de Nouvel An, une semaine d'incubation plus tard, ce sont deux phénomènes au timing parfait pour le virus [...] Il faut faire quelque chose pour reprendre le contrôle, si on ne le fait pas, cela va déraper de nouveau ", prévient-t-il, à l'approche du nouveau comité de concertation.

70% de Belges vaccinés? "Un objectif atteignable"

Tous les yeux sont rivés sur les vaccins annoncés... Administrés déjà dans plusieurs pays: le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada. "Il est probable que les premiers Européens soient vaccinés avant la fin de l'année", a déclaré la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, ce mardi. Référence à la réunion de l'agence européenne des médicaments lundi prochain, pour décider si elle autorise ou non l'utilisation du vaccin Pfizer.

Pour rappel, les autorités veulent atteindre une vaccination de 70% de la population, pour enrayer l’épidémie. Or, un Belge sur trois hésite aujourd'hui à se faire vacciner, et 17% n'en ont pas l'intention, d'après la dernière enquête de Sciensano. "L'objectif de 70% reste atteignable", estime Emmanuel André, "on a de bonnes couvertures vaccinales en Belgique, ce qui est important c'est de déployer les efforts logistiques. Il va aussi falloir continuer à motiver les gens à maintenir les gestes barrières durant la campagne de vaccination. Enfin, il faudra continuer à informer en transparence les personnes qui hésitent encore et sont légitimement en demande de plus d'informations", conclut le microbiologiste.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK