Près de 650 chauffeurs de taxi ont bloqué le ring et le centre de Bruxelles ce mardi

La manifestation des taximen est à présent terminée à Bruxelles, ils étaient environ 650
14 images
La manifestation des taximen est à présent terminée à Bruxelles, ils étaient environ 650 - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Depuis 17h, les actions menées par les chauffeurs de taxi sont terminées. Il n'y a plus du tout d'embarras dans le centre de Bruxelles. Il y a bien encore quelques ralentissements sur le ring, mais ils n'ont rien avoir avec la manifestation des chauffeurs de taxi. 

Toute la journée les taximen ont manifesté leur colère dans la capitale pour dénoncer un projet de réforme du ministre bruxellois de la Mobilité sur le transport rémunéré. Le projet de Pascal Smet (sp.a)  vise à délivrer des licences de taxis non plus à des sociétés propriétaires de véhicules, mais directement à des chauffeurs. Une façon d'en finir avec le salariat estime la Fédération belge des taxis (FeBeT). Les chauffeurs de taxis réclament la démission de Pascal Smet.

Ce mardi matin, environ 650 taxis au total se sont mobilisés dans Bruxelles et sur le ring extérieur, selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles. Quelques autres taxis étrangers avaient fait le déplacement, d'Espagne ou encore de Suisse, a pu constater la RTBF lors de ces rassemblements.

Barrages filtrants et "opérations escargots"

Des barrages filtrants ont ainsi été mis en place sur l'E40 à Grand-Bigard en direction de Bruxelles, sur l'E411 à Jezus-Eik en direction Bruxelles, sur le ring entre Huizingen et Beersel, entre Ruisbroek et Anderlecht, et sur le viaduc Vilvoorde-Machelen. Des pneus ont été brûlés à hauteur de Ruisbroek. Les pompiers ont été mobilisés pour éteindre le feu.

Le ring nord-ouest (E19) était plus particulièrement touché avec des cortèges de taxis qui partaient entre autres de Ruisbroek et de Zaventem, mais l'E40 était également très affectée.

Après avoir bloqué les entrées de Bruxelles, les chauffeurs de taxi ont pris la direction du centre ville vers 14h pour accueillir la délégation reçue par Rudi Vervoort. Ils en ont profité pour bloquer la petite ceinture.

Environ 200 chauffeurs se sont ensuite rendus au rond-point Schuman.

"On ne fait pas le poids devant Uber : on n'a pas une application aussi efficace, on ne peut pas mettre de publicité dans notre voiture, ceux qui prennent des chambres d'hôtel sur Trivago reçoivent un mail de la part d'Uber en leur proposant un taxi", estime un chauffeur de taxi indépendant. "On ne peut pas diviser une tartelette en trente. Il n'y pas de place pour Uber sur le marché. Nous, on veut manger. On a des familles à nourrir".

La tension est montée parmi les manifestants, quelques pétards ont été allumés mais il n'y a pas eu d'incident :

Le rassemblement s'est ensuite dispersé vers 15h30. La police leur a demandé d'évacuer le rond-point. 

Les responsables de la FeBeT sont ensuite partis en direction de la gare du Midi. Mais à présent, tout est rentré dans l'ordre. 

Des chauffeurs Uber bloqués

Quelques chauffeurs utilisant la plate-forme Uber ont été mis à l'arrêt par des chauffeurs de taxis, notamment trois devant l'ambassade américaine sur la petite ceinture, a indiqué Sam Bouchal, porte-parole de la FeBeT (Fédération belge des Taxis). Il assure qu'il n'y a eu aucun incident

Quelques perturbations dans les transports en commun

Depuis 16h, toutes lignes circulent à nouveau normalement, a annoncé la Stib. Les métros n'ont pas été impactés par la manifestation.

Ce sont quelques lignes de bus et de tram qui ont été touchées, principalement aux alentours de la Porte de Namur et de la place Liedts.

Rétablir un climat de confiance

Le ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoort (PS) a rencontré en urgence une délégation des représentants des taxis belges dans son cabinet afin d'écouter leurs revendications et tenter d'apaiser la situation.

S'appuyant sur l'avis du Conseil économique et social de la Région bruxelloise, Rudi Vervoort a rappelé à cette occasion la méthode arrêtée par son gouvernement et la nécessité que l'avant-projet de réforme soit "revu en concertation étroite avec le secteur et les partenaires sociaux".

Au vu de la situation vécue par le secteur des taxis bruxellois et la multiplication de services irréguliers, Rudi Vervoort a insisté sur le fait que la capacité de la Région à faire respecter la législation actuelle était "un préalable à l'aboutissement d'une réforme nécessaire et au climat de confiance qui doit accompagner son adoption".

"J'ai écouté avec attention les préoccupations et la colère exprimée aujourd'hui et j'y suis sensible. Nous devons rétablir un climat de confiance qui respecte les règles actuelles et qui permette d'aboutir à une réforme nécessaire pour la pérennité de l'emploi de ce secteur à Bruxelles", a-t-il commenté à l'issue de la réunion.

Pascal Smet absent

Les voix de la majorité s'élèvent contre l'absence de Pascal Smet en ce jour de manifestation. Rudi Vervoort, lui, n'a pas voulu se positionner : "Je ne suis pas là pour demander des comptes mais je suis là pour faire en sorte que le processus de concertation aboutisse. Le secteur se doit d'être réformé, ça ne se limite pas à une question Uber versus taxis".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK