La maltraitance des aînés peut être aussi psychologique ou financière

La maltraitance des seniors peut représenter de nombreuses formes
La maltraitance des seniors peut représenter de nombreuses formes - © Archive NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Ce 15 juin est la Journée Mondiale de Lutte contre la Maltraitance des Seniors. La maltraitance des personnes âgées, ce ne sont pas que des mauvais traitements physiques, mais aussi des négligences, de la maltraitance psychologique et financière exercée dans le cadre familial.

L'OMS (l'Organisation mondiale de la Santé), estime entre 4 et 6 % la proportion de personnes âgées victimes de mauvais traitements dans le monde. Pendant longtemps la maltraitance des seniors est restée un phénomène de l'ombre. La prise de conscience est récente. Sur le terrain, on retrouve des ASBL comme "Respect Seniors". L'an dernier cette ASBL wallonne a été informée de 1 700 cas de maltraitance. Son directeur, Dominique Langendries précise que "la forme principale, c’est la maltraitance psychologique. Ça représente à peu près 37% des appels reçus. Vient ensuite la forme liée aux maltraitances dites 'financières'. Ensuite, les négligences, puis les maltraitances 'civiques' et finalement les maltraitances physiques".

Les deux tiers des maltraitances recensées ont été commises dans le cadre familial : 20 % par des professionnels de la santé. Alors la prévention et la sensibilisation c'est un premier pas, poursuit-il : "C’est vrai qu’on parle essentiellement de bientraitance, mais il est aussi important de parler, d’informer, de sensibiliser sur la maltraitance, donc pouvoir nommer aussi ce qui ne va pas. On se rend compte qu’au travers des actions de sensibilisation et d’information que nous menons, cela a un impact réel auprès des gens tant des professionnels que des aînés qui suivent ces séances d’information et de sensibilisation. Pour moi, c’est un élément important".

Par après il faut "aussi pouvoir réaliser l’accompagnement psychosocial des situations. Parce qu’on se rend compte qu’il n’y a pas toujours une bonne victime ou un mauvais auteur, mais que ce sont souvent des situations très complexes qui englobent toute la famille. Il est important d’avoir des profils qui puissent prendre de façon psychosociale ces situations en charge" précise encore Dominique Langendries.

A.L. avec R. Sadani

L'ASBL wallonne Respect Seniors met à disposition une ligne d'écoute et gratuite : 0800/30.330.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK