La grève est une réussite pour la FGTB, la Belgique a tourné au ralenti ce vendredi

Gréve générale: le point sur ce qui fonctionne ou pas
2 images
Gréve générale: le point sur ce qui fonctionne ou pas - © BELGA

Ce vendredi 24 juin, les syndicats socialistes francophone et néerlandophone appelaient à la grève nationale et interprofessionnelle dans les secteurs public et privé pour protester contre les mesures d'économies du gouvernement Michel.

En début de soirée, on constatait toujours des perturbations dans les transports en commun. TEC, SNCB, STIB fonctionnent au ralenti. 

La carte des perturbations à la SNCB

Une réussite pour la FGTB

Pour Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, la grève a eu une très forte mobilisation en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre. Elle a été très bien suivie dans le privé comme dans le public, explique-t-il à la RTBF.

"Cela montre qu'il y a encore la capacité de mobilisation. Il faudra bien que le gouvernement et les employeurs comprennent la détermination au niveau des travailleurs pour entrer dans une réelle concertation et que le gouvernement n'intervienne que s'il y a un impact budgétaire. Aujourd'hui, c'est tout l'inverse", estime Marc Goblet. "Nous n'avons pas d'autres moyens de nous faire entendre".

La CGSLB n'avait pas suivi l'appel à la grève mais la CNE, la centrale des employés de la CSC, avait aussi appelé tous ses secteurs à faire grève pour demander le retrait du projet de réforme du travail ou "Loi Peeters". Pour la CNE, il s'agit d'une "mobilisation réussie".

De nombreux services publics, administrations et transports en commun étaient donc à l'arrêt aujourd'hui. Le secteur privé est lui aussi concerné puisque des piquets de grève ont été installés devant certaines entreprises. Ainsi, le commerce, l'industrie, les Finances et de nombreuses institutions du non-marchand sont impactés.

La contestation sociale qui reprendra après les grandes vacances. Deux nouvelles dates sont d'ores et déjà fixées: manifestation fédérale interprofessionnelle le 29 septembre et grève générale le 7 octobre.

Les réseaux TEC et DeLIjn touchés

La circulation est perturbée sur le réseau TEC. La situation est contrastée selon les régions, souligne le groupe TEC. Seuls 27% des services du TEC Liège-Verviers sont ainsi assurés vendredi. Dans la région d'Eupen, aucun bus ne circule. Quelque 10% des services sont par contre assurés à Jemeppe, 20% à Rocourt, 30% à Robermont, 35% à Verviers, 40% à Bassenge ainsi qu'à Warzée et 50% à Omal et Oreye.

En ce qui concerne le TEC Charleroi, 25% des services sont maintenus à Jumet, 7% à Genson, 22% à Nalinnes et 12% à Anderlues. Des perturbations sont également enregistrées par les TEC Brabant wallon, TEC Hainaut et TEC Namur-Luxembourg.

Pour les dernières actualisations, consultez le site des TEC.

La grève nationale perturbe la circulation des bus De Lijn. Dans le nord du pays, ce sont principalement les réseaux urbains qui sont touchés. 

Aéroports

A l'aéroport de Bruxelles, la grève ne devait avoir aucun impact pour les passagers. Par contre, le transport des marchandises devait être touché.

A Bierset, tous les vols passagers et ceux de la société de transport de fret TNT étaient annulés jusqu'à samedi 6h00 du matin. Le Premier ministre Charles Michel a dénoncé le blocage de l'aéroport de Bierset par des grévistes. Il a jugé leur action "irresponsable" parce qu'elle a des conséquences sur le fonctionnement de l'ensemble d'un aéroport.

Dans le cadre de la grève générale menée par la FGTB, des piquets de grève ont été installés sur le site liégeois. Plusieurs entreprises cargo et des dépôts sont bloqués depuis le matin et certainement jusqu'à la fin de la journée. Un terminal de passagers a également été bloqué par une quinzaine de grévistes. Un vol en provenance de Malaga qui devait s'envoler, à 14h00, vers Alicante, n'a donc pas pu atterrir à Liège. Il a été dévié vers Brussels Airport où les passagers ont été transportés par autobus.

Le Premier ministre dit regretter "le mépris affiché par des grévistes pour les voyageurs". "Le droit de grève n'est pas absolu. La liberté de circuler doit être respectée. Cet incident est d'autant plus dommageable quand on connaît tous les efforts fournis par les gestionnaires des aéroports pour redynamiser le secteur aérien qui a rencontré de grandes difficultés après les attentats et redorer l'image du pays à l'étranger", a-t-il ajouté, cité par son porte-parole.

A Charleroi, il n'y a pas de vols annulés.

Piquets levés à Walibi

En marge de la journée de grève nationale organisée par les syndicats socialistes, la FGTB a mené vendredi matin une action à l'entrée du parc d'attractions Walibi, à Wavre, pour protester contre le licenciement par la direction d'un délégué nouvellement élu lors des élections sociales.

En début d'après-midi, l'action a cependant été levée: la direction est allée à la rencontre des syndicalistes protestataires, et émis certaines propositions afin de sortir du blocage. Une nouvelle réunion est programmée mardi entre les parties pour tenter de finaliser les solutions mises sur la table.

Entreprises, administrations et hôpitaux

Des piquets sont installés devant plusieurs entreprises wallonnes. Dans le Hainaut, des piquets sont installés devant plusieurs entreprises et commerces.

Le mouvement de grève générale est "bien suivi" dans tous les secteurs dans la région de Charleroi, indique Vincent Pestieau, le secrétaire régional de la FGTB. La grève touche tant les fabrications métalliques que la sidérurgie, la verrerie et les entreprises de travail adapté. Les administrations publiques sont également touchées, qu'elles soient communales ou régionales. 

A Tournai, Ath, Leuze et Lessines, plusieurs entreprises ou centres commerciaux sont bloqués depuis ce vendredi matin par le SETCa. Dans le Tournaisis, les complexes commerciaux de Froyennes, du Trafic et des Bastions sont fermés. Les magasins seront inaccessibles toute la journée.

Les entreprises des carrières du Tournaisis sont également totalement bloquées. Cela concerne la cimenterie CCB de Gaurain ainsi que CBR et le carrier Cimescaut à Antoing. Dans le secteur de la chimie, les entreprises Baxter à Lessines et Höganäs à Ath sont à l'arrêt.

Dans le secteur du métal, les sociétés Valéo à Lessines et Husqvarna à Ghislenghien (Ath) sont également bloquées, tout comme la société Eldi à Leuze-en-Hainaut. Enfin, en ce qui concerne le secteur non-marchand, le service minimum est instauré dans les hôpitaux tournaisiens du CHwapi.

En province de Liège, des grosses entreprises comme la FN Herstal, Techspace Aero et les usines d'Arcelor Mittal sont à l'arrêt. Le courrier n'est pas pas distribué ce vendredi car le centre de tri qui dessert la province et situé à Awans était à l'arrêt cette nuit.

Le Makro d'Alleur ainsi que le Ikea de Hognoul sont également fermés.

En région verviétoise et communauté germanophone, la CSC rejoint également le mouvement de grève dans les secteurs métal et textile. La CNE prévoyait en outre des actions ciblées de la chaine Colruyt qui vient de licencier une déléguée syndicale.

Par ailleurs, 10 des 49 recyparcs de la province sont fermés.

Dans les administrations: certains endroits comme la cité administrative de Liège sont fermés. Les hôpitaux fonctionnent en service minimum, tout comme certaines maisons de repos.

Distribution du courrier perturbée

La distribution du courrier et des colis est perturbée vendredi à la suite de l'appel à la grève de la FGTB pour protester contre les mesures d'économies du gouvernement, indique bpost. Le personnel est nombreux à avoir débrayé dans les centres de tri et parmi les chauffeurs.

Aucun piquet de grève n'a été installé devant les centres de tri mais le mouvement est cependant bien suivi. Très peu de courrier et de colis sont dès lors arrivés jusqu'aux centres de distribution. Les journaux ont en revanche bien été acheminés jusqu'à leurs destinataires, assure bpost.

A la RTBF

Enfin, la RTBF adapte aussi ses programmes ce vendredi.

En radio, les journaux de La Première, de Vivacité et les décrochages Vivacité sont réduits à 5 minutes. Les chaînes musicales Pure FM, Musiq'3 et Classic 21 relaieront les journaux de La Première. Des éditions spéciales sont prévues pour le "Brexit" (ou le "Bremain"), de 6h à 9h05 sur LP, à 8h05 sur Vivacité, une Spéciale Forum de midi à 12h05 et une Spéciale à 13h05 sur La Première, ainsi qu'entre 17h et 19h05.

En télévision, les journaux sont limités à 12 minutes, mais des éditions spéciales sur le référendum britannique sont au programme sur La Une, entre 6h et 9h12 sur La Une, le midi, ainsi que dans la foulée des journaux de 13h et 19h30.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK