La grève dans les prisons : la CSC et la CGSP contre l'accord

La CSC et la CGSP n'ont  pas apprécié l’accord conclu hier en fin de journée entre le Ministre de la Justice, les 3 syndicats néerlandophones et le syndicat libéral francophone (SLFP). Le blocage est toujours complet dans les prisons du sud du pays. A Jamioulx par exemple, les agents sont toujours à l’extérieur de l’établissement pénitencier. Pas question pour eux de reprendre le travail.  

4 syndicats sur 6

"Pratiquement 95% des agents pénitenciers wallons et de Bruxelles n’approuve pas cet accord. Il s’agit de 4 syndicats sur 6, certes, mais il ne faut pas oublier que les deux derniers syndicats sont largement majoritaires en Wallonie " explique Julie Morel, agent pénitentiaire. Ces "95%" ne tiennent comptent que des agents wallons et bruxellois qui ont pris part au vote d'hier devant les prisons. Ils ne sont que 40% à avoir voté tient tout de même à rajouter l'administration pénitentiaire.

Saint-Gilles

L’ambiance est tout autre au nord du pays et à Saint-Gilles notamment, où les agents ont regagné leur lieu de travail ce matin. L’activité reprend doucement. Ils étaient 20 gardiens à travailler hier, ils sont quasiment le double aujourd’hui. " Je recommence à travailler aujourd’hui. Je ne sais pas si l’ambiance de travail sera bonne, mais la reprise est nécessaire. Il est temps que ça cesse " explique l’une des agents avant de démarrer sa journée au sein de la prison.

Énième rencontre

Après 35 jours de grève, le volet prison divise toujours les différents syndicats du pays. Une nouvelle rencontre est prévue demain après-midi entre Koen Geens, le Ministre de la Justice et les représentants des syndicats opposés à l’accord. Michel Jacobs, pour la CGSP et Laurence Clamar pour la CSC. En attendant la grève se poursuit dans les prisons de Wallonie.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK