La grande distribution fait la guerre des prix

Les supermarchés se font la guerre des prix
Les supermarchés se font la guerre des prix - © RTBF

Ces derniers mois, les enseignes de la grande distribution multiplient les actions commerciales pour attirer des clients qui ont des portefeuilles au régime. Avec la crise, notre comportement à l'achat a changé. Les patrons de la grande distribution ont bien compris le phénomène et se concentrent davantage sur le mode de comparaison de leurs clients.

La grande distribution se déchaine en offrant davantage de réductions,  promotions et autres actions commerciales pour le plus grands bonheur des consommateurs quelques peu malmenés par la crise. Car plus que jamais, les clients que nous sommes ne pensent qu'à réduire leurs dépenses. "Tout est devenu plus cher, alors je compare les prix et je déambule de magasins en magasins", explique une dame à la caisse d’une grande surface.

Il n’y a pas si longtemps, chaque enseigne avait sa spécificité : prix discount, qualité, fraicheurs ou encore service. Mais aujourd'hui, force est de constater qu'elles doivent toutes se rabattre sur les prix pour rabattre des clients moins dépensiers.

Des signes qui ne trompent pas

En cinq mois, Delhaize a lancé quatre vagues de diminution de prix sur une palette de produits. La dernière date du 30 mai. Le porte-parole du groupe Delhaize, Poel Dekelver confirme que leur fréquence des diminutions de prix est plus élevée que l’an dernier.

Coïncidence ou stragégie commerciale ? Quelques jours après le 30 mai dernier, Colruyt annonce à son tour 3 % de réduction supplémentaire sur des produits courants. Pour le directeur commercial du groupe Colruyt, Jean-Pierre Roelands, il s’agit plutôt d’une coïncidence.

Delhaize, Colruyt ou Carrefour nient toute guerre des prix. Pourtant, l’Administrateur délégué de Carrefour Belgique, Gérard Lavinay, déclarait à son tour : "nous suivons nos concurrents de très près et nous réagissons chaque fois que quelqu’un baisse ses prix car il est hors de question que Carrefour soit absent du discours sur les prix".

Les enseignes "hard discount" mettent la pression

Les prix les plus bas sont le fond de commerce des enseignes "hard discount" qui augmentent chaque année leurs parts de marché à travers toute l'Europe. En Belgique, elle est estimée à 15%. La pression est donc bien réelle sur les distributeurs historiques.

La franchise de la fédération du commerce et des services

Si les responsables des distributeurs historiques nient une guerre des prix, Comeos, la fédération qui les représente est plus franche sur la question. Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos, explique cette constatation : "auparavant, les clients achetaient moins la dernière semaine du mois, mais aujourd’hui, on fait déjà plus attention dès la troisième semaine du mois. Il faut donc continuer à attirer le consommateur qui est par ailleurs est devenu beaucoup moins fidèle qu’il y a quelques années".

Nous sommes de plus en plus infidèles

Car il n’est pas rare aujourd’hui de voir un client avec un sac Carrefour chez Delhaize et vice versa avec d’autres enseignes. Les clients comparent plus que jamais et changent  d'enseigne à leur guise en fonction des prix et de la concurrence qui fait rage, pour le grand bien de leurs portefeuilles.

I.Louette avec Kamel Azzouz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK