La Flandre vieillit plus vite que les autres régions

La semaine dernière le service d'étude de la Région flamande a présenté une projection de l'évolution de la population dans les communes de Flandre d'ici 2030. Ralentissement de la croissance et vieillissement de la population sont les deux grands enseignements de ces chiffres. Deux phénomènes plus marqués en Flandre que dans les autres régions.
Selon les chiffres présentés par le service d'étude de la région flamande, la Flandre devrait compter 6 600 000 habitants en 2030. Soit une croissance de près de 500 000 habitants. Paul Willems, démographe au service d'étude du gouvernement flamand nous l'explique. "Ce que l'on attend, c'est une augmentation de la population en Flandre qui est maintenant en cours et qui se prolonge jusqu'en 2030 avec un nivèlement vers les années 2020".

La croissance est en fait constante jusqu'en 2018, 6 % par an, mais elle a tendance à ralentir par après. Autre phénomène, le vieillissement de la population. Le vieillissement et le ralentissement de la croissance se marquent partout en Belgique, comme dans la plupart des pays européens d'ailleurs.  Mais les projections de l'évolution de la population ne se comptent pas de la même manière selon la région. Bruno Schoumaker, démographe à l'UCL. "Ce sont des projections, on ne sait pas comment cela va évoluer en réalité. Le perspectives réalisées par le bureau du plan en 2008 indiquaient une croissance de la population en valeur absolue similaire en Flandre et en Wallonie donc d'ici 2060. La Flandre et la Wallonie gagnerait un million d'habitants chacune, mais en terme relatif la croissance est plus forte en Wallonie et à Bruxelles également".
Depuis plusieurs années, la natalité est plus importante en Wallonie et les phénomènes migratoires sont plus importants à Bruxelles, ce qui a aussi des conséquences en terme de natalité. Des différences qui ont des implications en terme de développement économique de chaque région comme le rappelle Joseph Pagano professeur d'économie à l'université de Mons. "Il faut être prudent sur ces matières, d'abord parce que l'on travaille à un horizon très lointain, néanmoins, il  y a un certain consensus pour dire effectivement que l'évolution démographique va ralentir la croissance en Flandre beaucoup plus qu'elle ne l'a ralentira en Wallonie et à Bruxelles. Et donc à terme on s'attend à voir des taux de croissance qui vont s'inverser. Ils vont devenir plus élevé en Wallonie qu'en Flandre et donc un certain rattrapage économique va pouvoir se faire".
Une étude de la Krediet Bank précise que ce phénomène d'inversion de croissance économique en raison d'évolutions démographiques différentes entre les régions se marquerait à partir de 2015.

B. Hupin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK