La Finlande fait marche arrière dans son projet de revenu universel

Alors que l'expérimentation n'est pas encore finie, le gouvernement finlandais fait déjà marche arrière sur son projet de revenu universel.

Depuis janvier 2017, un groupe test de 2000 chômeurs de 25 à 38 ans, tirés au hasard, reçoivent sans condition un revenu mensuel de 560 euros, sur une durée de deux ans. Le but est de comparer la trajectoire de ces chômeurs par rapport à ceux qui perçoivent l'équivalent de ce montant via des allocations sociales classiques, et d'estimer également leur bien-être.

Si les résultats de ce test ne doivent être connus que dans un an, le gouvernement finlandais a déjà décidé de ne plus financer le revenu universel au-delà des deux ans de test, et semble se tourner vers un autre système, qui se rapproche de l'universal credit britannique. Dans celui-ci, une série d'allocations sont rassemblées en une allocation unique, mais qui, contrairement au revenu universel, est conditionnelle : elle suppose de faire des démarches de recherche d'emploi.

"C'est dommage que ça se finisse ainsi" a déclaré au New York Times Olli Kangas, chargé de projet dans une agence gouvernementale finlandaise qui a joué un rôle prépondérant dans le lancement de l'expérimentation du revenu universel. Il est particulièrement déçu de voir le gouvernement se diriger sur la voie de la "conditionnalité".

Le ministre finlandais des Finances, Petteri Orpo, a confirmé au Hufvudstadsbladet que les partis de la coalition réfléchissent à de nouveaux modèles, et que celui qui s'inspire de l'universal credit est fortement susceptible de succéder au revenu universel. Il considère que ce modèle de soutien universel servirait mieux les objectifs d'amélioration du taux d'emploi.

 

Tout comprendre sur le revenu universel en 7 questions

Expérimenté en Finlande depuis ce 1er janvier, le revenu de base ou allocation universelle est donc désormais une réalité en Europe. Nouveau modèle de société ou douce utopie, ce concept vieux de plus de 50 ans, inclassable, autant libéral que...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK