La ferme pédagogique lance un appel à l'aide !

La ferme des enfants
3 images
La ferme des enfants - © Tous droits réservés

30 ans déjà que la ferme centre nature de Liège éduque les enfants à l’élevage, à l’écologie et à l’agriculture responsable. Elle se sent aujourd’hui plus livrée à elle-même que jamais.

La ferme des enfants vit des heures difficiles. Comme tous les centres de vacances non résidentiels non subsidiés. La perte de ces 3 derniers mois est conséquente : 50.000 euros !

La ferme pédagogique de Liège est en difficultés. Aucune compensation ne lui a été octroyée malgré la crise du Covid. Elle lance un appel à l’aide !

Rires et cris d’émerveillements ne sont plus entendus depuis longtemps, visites, stages et fêtes d’anniversaire ayant été annulés. Tout reprendra en juillet mais…

75 % de reprise des activités

La reprise des activités ne sera que partielle.

Les aménagements Covid imposés par l’ONE (office national enfance) comme une infirmerie excluront cet été les tout-petits de 3 à 5 ans.

Le nombre de participants sera également limité pour respecter le seuil des 50 personnes sur le site.

Recherche ballon d’oxygène tout azimut

La ferme des enfants ne reçoit aucun subside. La fédération des fermes pédagogiques n’a jamais été politiquement soutenue.

La ferme n'a reçu aucune aide financière compensatoire.

Durant la crise, en plus du chômage temporaire pour force majeure, la seule rentrée restera un don privé, après un appel passé en radio sur Vivacité, de quoi nourrir les animaux de la ferme. 

Les responsables de l’outil pédagogique étudient donc toutes les pistes pour renflouer le navire en difficultés :

  • Augmenter un peu le prix des stages ? La Ville de Liège ne l’a pas conseillé pour rester démocratique.
  • Faire appel à des partenariats privés ? C’est en cours mais la période est des plus compliquée.

Et si la solution venait de la ferme elle-même ?

En effet, la ferme, propriété de la Ville de Liège, date du 17ème siècle. Les responsables de l’asbl aimeraient accélérer la procédure de classement du bâtiment. Ce qui leur ouvrirait la voie des subsides et de différents fonds d’aide, notamment européens.

Toutes les pistes sont explorées pour sauver l’outil trentenaire reconnu d’utilité publique et pourtant bien livré à lui-même.

Ses responsables lancent un cri d’alarme poignant, beaucoup semblent l’avoir entendu…sans réagir jusqu’à présent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK