"Si je vendais, c'est parce que j'avais une paire de seins": le sexisme toujours bien présent dans le secteur automobile

La femme doit encore faire sa place dans le secteur automobile
La femme doit encore faire sa place dans le secteur automobile - © Tous droits réservés

« Devoir toujours prouver pourquoi on a le droit d’être là, justifier sa présence, ses compétences, et endosser toutes les petites remarques bien sexistes tout au long de la journée », c’était le quotidien de vendeuse automobile de Sabrina Parant, aujourd’hui directrice d’une concession automobile, et invitée sur le plateau de Matin Première.

"Si je vendais mal, c’était normal. Si je vendais, c’est parce que j’avais une paire de seins." De cette expérience, Sabrina Parant a fondé "Ladies drive", afin de promouvoir le rôle de la femme dans le secteur automobile. "C’est toujours considéré comme un métier d’homme, et on ne comprend pas ce que la femme pourrait y apporter, confie-t-elle. "Et ça bloque dans les deux sens : dans les instances, les importateurs et les fédérations où rien n’est fait pour encourager la présence de femmes. Mais ça bloque aussi au niveau des femmes, qui n’ont pas toujours l’idée de travailler dans le secteur automobile, ou alors seulement dans certaines fonctions comme l’administratif ou la communication. Donc je leur dis aux nanas, dans l’ingénierie par exemple, allez-y, foncez."

«Ladies first veut enclencher un changement de mentalité. Des formations ont été mises en place pour amener du gender marketing, mais on me répond qu’il n’y a pas d’argent pour ce genre de formations… Peut-être que quand ils prendront conscience qu’une femme sur deux achète sa voiture seule, et lors de l’achat d’une voiture familiale, 70% de l’influence vient de la femme, alors, ça commencera à changer. »

Sabrina Parant reconnaît aussi que les mentalités ont quand même évolué, notamment au niveau de l’objectivation des femmes : les hôtesses en petites tenues au salon de l’auto deviennent rares, ou encore la disparition des grid girls lors des Grands Prix de Formule 1.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK