La dernière lettre de René Magritte

RTBF
RTBF - © RTBF

Jacques van Lennep est historien de l'art, Jacques Lennep est artiste. Sous deux noms différents, l'homme a rencontré l'oeuvre de René Magritte.

En 1967, Jacques van Lennep, historien de l'art fraîchement engagé aux Musées Royaux des Beaux-arts, propose une conférence sur un des tableaux de Magritte exposé au Musée, "L'homme du large". Il a bien sûr interviewé René Magritte pour étoffer son propos, et il a été plutôt bien reçu, parce que le maître ne jouait pas les monstres sacrés.

Mais l'originalité de sa conférence, le jeune historien de l'art la doit aux conversations qu'il a eu avec Marcel Lecomte, un des ses collègues, ami de Magritte, spécialiste du surréalisme et surtout féru d'alchimie et d'ésotérisme.

En établissant un lien entre l'homme noir du tableau, et une citation d'André Breton "Osiris est un dieu noir", sa conférence va intéresser René Magritte, qui va prendre le temps de lui répondre, quelques mois avant sa mort.

Jacques van Lennep a conservé cette lettre dans laquelle Magritte revient longuement sur les principes de sa création, les images et le mystère.

Si Jacques Lennep l'artiste conceptuel n'a pas eu l'occasion de montrer son travail à René Magritte, il ne peut ignorer l'influence que son oeuvre a exercé sur lui, et les artistes de sa génération . Et en 1974, il lui rend hommage en réalisant un tableau qui s'appelle tout simplement "Une pipe".

En l'exposant un peu plus tard dans une vitrine aux alentours de la Gare du Nord, Lennep y ajoutera une dimension sémantique que Magritte n'avait sans doute pas imaginée en 1929.

(F. Brumagne)

 

Notre dossier Magritte

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK