La dépression grave liée au manque d'une molécule anti-stress

RTBF
RTBF - © RTBF

Des personnes génétiquement prédisposées à produire de faibles niveaux d'une molécule jouant un rôle dans la régulation de l'appétit et contre le stress paraissent avoir un risque accru de dépression grave, montre une recherche publiée lundi.

Cette molécule, appelée neuropeptide Y, pourrait ainsi être une cible de la recherche pour mettre au point un nouvel anti-dépresseur, estiment ces chercheurs dont les travaux paraissent dans les Archives of General Psychiatry daté du 7 février.

"Nous avons identifié un biomarqueur qui dans ce cas est une variation génétique liée à un accroissement du risque de dépression grave", explique le Dr Jon-Kar Zubieta, professeur de psychiatrie et de radiologie à l'Institut de neurosciences comportementale et moléculaire de l'Université du Michigan (nord), co-auteur de cette étude.

"Ceci semble être un mécanisme différent de ceux déjà découverts et qui sont des cibles clé de la recherche sur la dépression comme la sérotonine, la dopamine et la norépinéphrine", ajoute-t-il.

La sérotonine est un neurotransmetteur jouant un rôle important dans de nombreux mécanismes physiologiques comme la régulation du sommeil, de lhumeur, de la libido et de la température corporelle.

La dopamine, également un important régulateur du système nerveux central, intervient dans diverses fonctions importantes comme le comportement, la cognition, les fonctions motrices, la motivation, le sommeil ou la mémorisation.

Enfin la norépinéphrine, encore appelée lévartérénol, est une variété d'hormone neuromédiatrice facilitant le passage de linflux nerveux dune cellule nerveuse à une autre.

Utilisant différentes approches de recherche, les auteurs de cette avancée ont déterminé que le cerveau des sujets dotés d'une prédisposition génétique leur faisant secréter des niveaux plus bas du neuropeptide Y, réagissaient psychologiquement de façon plus marquée à la peine physique.

Ils étaient également proportionnellement plus nombreux dans une population diagnostiquée de dépressions grave.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK