La débaptisation, le choix personnel de quitter l'Église

Pour quitter l’Église, la démarche n'est pas très compliquée; une simple demande écrite pour être rayé du registre de baptêmes de sa paroisse. 1% des personnes baptisées décident de faire marche arrière.

Corinne Pollain en fait partie. Il y a quelques années, elle a envoyé une lettre pour faire part de sa défection de foi. Cette Liégeoise a été baptisée il y a 50 ans "pour faire plaisir aux grands-parents, par conformisme." Mais elle avait un problème de conscience, "la pédophilie au sein de l'Église n'y est pas pour rien dans ma démarche" nous raconte-t-elle, "j'étais dans une période de ma vie où je voulais apporter des réponses à certaines questions, par rapport à la mort, à l'euthanasie, à l'organisation de mes funérailles." Corinne n'est donc plus catholique, elle n'est plus considérée comme communiée ni mariée non plus. "C'est un soulagement" nous dit-elle, "je me suis débarrassée de quelque chose qui me gênait."

Et cette démarche, certains hommes d'église la comprennent. Pour l'abbé Moline de Martelange, "quand on devient adulte, on fait des choix de vie. Plus ils sont personnels, mieux c'est. La débaptisation en fait partie."

Anne-Catherine Croufer et Ophélie Fontana

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK