La culture existe encore : le cri d'un artiste, symbole de beaucoup d'autres

La culture existe encore : le cri d'un artiste, symbole de beaucoup d'autres
2 images
La culture existe encore : le cri d'un artiste, symbole de beaucoup d'autres - © Tous droits réservés

La culture souffre depuis le début de l’épidémie, ce n’est un secret pour personne. Si des initiatives personnelles ou collectives se mettent en place, cela ne réparera pas l’impact de la période sur ce monde. Ben’do, artiste belge encore en développement mais dont les morceaux cumulent déjà plusieurs millions de vues et d’écoutes, a décidé de se faire entendre ce samedi. Il s’est rendu dans trois villes à travers la Wallonie : Liège, Namur et Waterloo avec une camionnette estampillée d’un slogan "La culture existe encore".

Chaque fois, c’est le même rituel. A son arrivée, il monte sur son véhicule et interprète un de ses morceaux avant de plier bagage pour éviter les attroupements. C’est pour cette raison que l’événement n’avait pas été annoncé. "Le message était hyper positif, j’avais un masque quand je chantais et on demandait aux gens de garder leurs distances" explique-t-il. Une volonté mais surtout un besoin de se faire entendre en cette période compliquée pour les artistes.

"Je trouvais que le message était fort parce que les centres commerciaux sont à nouveau ouverts, et beaucoup ont pu reprendre leur activité. Mais pas nous. Je voulais montrer qu’on était encore là, qu’on existait encore, que les gens ont besoin de culture et que nous, artistes, on a besoin de vous aussi. On a besoin que le gouvernement réagisse et trouve des solutions pour nous" confie l’artiste. Et l’accueil était au rendez-vous, le public très réceptif. "Tous les retours sont hyper positifs, j’ai reçu des appels d’artistes confirmés qui soutiennent la démarche.Les vidéos ont déjà été visionnées plusieurs milliers de fois.

Mais Ben’do est loin d’être le seul artiste à se faire entendre. En mai dernier, en plein déconfinement, le comédien Quentin Chaveriat avait réalisé une performance dans la rue Neuve, au milieu de la foule. Il marchait au ralenti, masqué, torse nu avec écrit sur son torse "No culture, no future".

Une performance a aussi été organisée il y a quelques mois à Forest National pour dénoncer un monde culturel en détresse. Derrière l’initiative, le collectif "Your Culture, Our Future !" pour alerter sur la situation de tous les anonymes de la culture. Dans l’ombre, des milliers d’artistes galèrent aujourd’hui pour tenter de survivre.

Face à la situation catastrophique, et qui s’est encore aggravée avec la deuxième vague, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a annoncé ce jeudi 17 décembre un plan de soutien de 34 millions d’euros pour venir en aide à un secteur à l’agonie. Depuis le début de l’épidémie, le secteur culturel a perdu 87% de son chiffre d’affaires. Sans compter les milliers d’artistes de l’ombre ou de la lumière qui se retrouvent parfois à l’agonie.

Culture: favoriser les résidences d'artistes (archives JT du 13/07/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK