La couette, le wok ou la lampe boule : l'héritage du fondateur d'Habitat, Terence Conran

Sir Terence Conran est décédé samedi à 88 ans. L’information n’a pas fait la une des journaux chez nous. Ce nom ne vous dit peut-être rien. C’est le fondateur des magasins Habitat. Plus modeste que le géant Ikea, cette chaîne de magasins et son illustre créateur n’en ont pas moins considérablement influencé l’art de vivre des Anglais et des Européens. " Il a changé notre manière de vivre, de manger et de dormir " disent les Britanniques.

Terence Conran disait d’ailleurs lui-même qu’il avait révolutionné la vie sexuelle des Européens en leur ramenant de Suède l’un des objets phare d’Habitat : "the duvet", la couette. Il popularisera aussi les woks ou la fameuse suspension boule en papier blanc, celle qui a décoré votre kot et qui ambiance peut-être encore l’une ou l’autre pièce de votre maison.

Un magasin d’un nouveau type

Le tout premier magasin Habitat ouvre dans le Swinging London des années 60, celui des Beatles et de la mini-jupe créée par Mary Quant. C’est elle d’ailleurs qui habille les vendeuses de ce magasin d’un nouveau type. On n’y trouve pas seulement des tables et des chaises mais tout ce qu’il faut pour s’installer : des ustensiles de cuisine, de la vaisselle, des tissus, des luminaires… Le tout mis en scène dans un environnement agréable. C’est si courant aujourd’hui, mais à l’époque, c’est du jamais vu.

Terence Conran commence en fait dans les années 50 par créer des meubles en kit, avant même qu’Ikea ne se lance dans son pays. L’homme a toujours une longueur d’avance. Déçu par la manière dont ses revendeurs exposent ses meubles, il décide de créer son propre magasin. Habitat, donc, en français dans le texte. On y trouvera ses propres créations, mêlées à celles des autres.

La deuxième machine à expresso de Londres

Il essaie de rendre le design accessible pour des clients "au salaire d’instituteur" (la chaîne de magasins restera plus chère qu’Ikea, elle vend aujourd’hui encore des pièces de designers connus comme celles du couple Eames, par exemple). Pour lui, le design est avant tout une manière d’améliorer la vie des gens : "Dans le monde du design, il faut se voir comme un bon serviteur qui va aider les gens à mieux profiter de la vie que ce qu’ils faisaient jusque-là."

C’est ce qu’il fait aussi à travers ses restaurants. Il en lancera plus de 50. Le tout premier, Soup Kitchen, ouvre ses portes en 1953. Là aussi, il est novateur, au-delà même de la déco. Dans un entretien au Guardian, il explique la clé secrète de ce succès : "C’était la seconde machine à expresso de toute la ville de Londres, on a dû aller chercher en voiture jusqu’à Turin pour en acheter une en seconde main.". C’était décidément une autre époque !

Des restaurants mais surtout le "good taste"

Il y aura ensuite le fameux restaurant Bibendum, dans l’ancien siège de Michelin, ou encore le titanesque Mezzo (700 couverts). Tous ces projets ont participé à changer l’image de "désert gastronomique" de la Grande-Bretagne.

En affaires, ses fortunes seront diverses. Il crée un empire en ouvrant des magasins Habitat partout dans le monde, et en acquérant aussi d’autres chaînes comme Mothercare ou Next, mais cet empire se disloquera. Jamais à court d’idées, il le rebâtira en partie. Il lancera aussi le Conran Shop, une version plus haut de gamme d’Habitat.

A l’heure de penser à l’héritage qu’il a laissé, les Anglais n’hésitent pas à dire qu’en plus de la couette ou des woks, il leur a surtout apporté le "good taste", le bon goût.

 

Le dernier magasin Habitat en Belgique a fermé ses portes en 2017 mais son patron, le Français Franck Galibert (la chaîne a d’abord été rachetée par Ikea puis par un groupe français) annonçait en juin le retour de magasins physiques, sans préciser d’échéance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK