La corrida ne fait plus partie du patrimoine immatériel français

La corrida ne fait plus partie du patrimoine immatériel français
La corrida ne fait plus partie du patrimoine immatériel français - © Tous droits réservés

Ce mercredi 27 juillet, la décision du Conseil d'État français s'est abattue sur la corrida: cette pratique a été définitivement radiée du patrimoine culturel immatériel de France, elle ne figurera donc plus aux côtés des fêtes de Bayonne et de la fauconnerie.

5 années de lutte

Plusieurs associations s'opposaient à la corrida dont notamment le CRAC Europe (comité radicalement anti-corrida) et l’association Droits des Animaux. "Ce fut un long combat : cinq ans de lutte acharnée pour obtenir une évidence, la corrida, séance de torture et d’agonie, n’a rien à faire avec les parfums de Grasse et la tarte Tatin", a déclaré le CRAC.

La corrida est entrée au patrimoine culturel immatériel de France en 2011 avec l'appui de l'association des villes taurines et l'Observatoire national des cultures taurines.

Le 28 juillet, deux associations pro-corrida ont voulu revenir sur la décision du Conseil d'État qui a rejeté la demande. En plus du refus essuyé, celles-ci devront verser 3000 euros au CRAC et à "Droits des Animaux".

Le combat n'est pas terminé

Le retrait de la corrida du patrimoine culturel immatériel n'empêche pourtant pas sa pratique : l'acte est symbolique et culturel.

Brigitte Bardot, fervente protectrice de la cause des animaux, se réjouit de cette décision mais pour elle, ce n'est qu'une bataille de gagnée. Pour gagner la guerre, l'ex-actrice espère interdire définitivement la pratique en France.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK