La concurrence des Chinois dans le photovoltaïque fait réagir les Européens

Des panneaux solaires sur le "Copernic", un bateau de passagers électro-solaire, à l'entrée du port de La Rochelle, le 11 février 2009
Des panneaux solaires sur le "Copernic", un bateau de passagers électro-solaire, à l'entrée du port de La Rochelle, le 11 février 2009 - © Xavier Leoty

Une vingtaine de sociétés européennes d'énergie photovoltaïque ont déposé une plainte pour concurrence déloyale auprès de la Commission européenne contre leurs rivales chinoises, a rapporté jeudi le quotidien allemand Handelsblatt.

Quelques 25 entreprises, allemandes, italiennes, espagnoles ou dont le siège est situé dans d'autres pays européens, réunies au sein du collectif EU ProSun, sont à l'origine de cette initiative.

Les plaignants estiment que des entreprises chinoises telles que Suntech, Yingli et LDK Solar pratiquent le dumping, c'est-à-dire vendent à des prix inférieurs à leurs coûts de production, et ce grâce à des subventions déguisées de la part du gouvernement chinois, précise le journal Handelsblatt.

Les entreprises européennes reprochent notamment à Pékin d'accorder des prêts importants aux sociétés chinoises dans l'optique de doper l'attractivité de leur offre sur le marché européen.

"Les entreprises chinoises sont gavées de milliards via des crédits et proposent leurs produits à des prix inférieurs à leurs coûts de production, malgré des pertes massives", a réagi Milan Nitzschke, porte-parole de EU ProSun, cité par le journal Handelsblatt.

Cette plainte intervient au moment où le secteur européen de l'énergie solaire accumule les difficultés depuis plusieurs mois.

Avec cette plainte, les sociétés européennes d'énergie solaire entendent inciter l'Union européenne à relever ses barrières douanières, sur le modèle des Etats-Unis qui ont instauré en mai dernier de fortes taxes sur les importations de produits chinois.

La Commission européenne a désormais jusqu'à la mi-septembre pour décider si la plainte est recevable.

La société chinoise Suntech n'a pas attendu pour réagir et se défendre. Dès mercredi, le premier constructeur mondial de panneaux photovoltaïques avait pourfendu la menace de mesures protectionnistes en Europe.

"Toute taxe punitive supplémentaire contribuerait également à la destruction de milliers d'emplois dans l'industrie solaire européenne", a assuré à l'AFP Jerry Strokes, président de Suntech Europe, faisant valoir que l'entreprise se fournit abondamment en Europe.

Le gouvernement allemand a déjà fait savoir qu'il soutiendrait toute démarche d'industriels du secteur auprès de Bruxelles.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK