Fin du suspense: la comète Ison survit à son rendez-vous avec le soleil

La comète ISON sur une photo prise par le téléscope Hubble le 10 avril 2013
La comète ISON sur une photo prise par le téléscope Hubble le 10 avril 2013 - © AFP

On pensait que la comète Ison n'avait pas survécu jeudi à son périple très près de la surface du soleil. Mais vers 7h15, les astronomes ont vu réapparaître la comète derrière le soleil.

"

Ison a mobilisé la communauté astronomique depuis sa découverte en septembre 2012 par des astronomes russes car elle remonte aux origines du système solaire il y a 4,5 milliards d'années. Elle s'est en effet échappée, il y a quelques millions d'années, du nuage d'Oort, sorte de "parking" de comètes aux confins du système solaire situé à mi-chemin entre le soleil et la prochaine étoile.

"C'est une relique de la formation du système solaire", avait dit Carey Lisse, soulignant que les planètes se sont formées avec des comètes qui ont notamment apporté l'eau, d'où la grande importance de ces corps célestes.

“Cette comète présente un très grand intérêt pour nous” car on découvre très peu de comètes venant d'aussi loin dans le système solaire, avait souligné James Green, responsable des sciences planétaires à la NASA.

Une comète de petite taille largement composée d'eau

Certains astronomes avaient pensé au début qu'Ison était de grande taille avec un noyau de plusieurs kilomètres de diamètre. Mais quand la comète est passé très près de Mars, un orbiteur martien de la NASA a pu prendre des photos indiquant un diamètre maximum de seulement 1,2 km, inférieur à la moyenne de la plupart des comètes.

Du fait qu'Ison ait été détectée très loin dans le système solaire, les astronomes ont eu tout le temps de l'observer. Leurs mesures ont montré notamment que son noyau était enveloppé d'un nuage de dioxyde de carbone (CO2).

“Il semblerait que le CO2 pourrait avoir été une molécule fondamentale au tout début du système solaire plutôt que le monoxyde de carbone", selon Carey Lisse.

Alors qu'Ison se rapprochait du soleil, les fluctuations de sa queue ont mis en évidence les mouvements autrement invisibles du vent solaire formé des particules éjectées en permanence par le soleil. Et apparemment Ison n'a pas fini de nous livrer ses secrets.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK