La CITES retire sa protection au requin-taupe, accordée mardi

RTBF
RTBF - © RTBF

La conférence de la CITES a retiré jeudi sa protection au requin-taupe, le seul qu'elle avait accepté mardi d'inscrire à son Annexe II pour en réguler le commerce, offrant une victoire totale au Japon.

Le requin-taupe (Lamna nasus), un requin des eaux tempérées dont la population s'est effondrée de 80% ces dernières décennies, était le seul à avoir passé la barre en commission sur les quatre espèces commerciales de requins proposées à la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées (CITES)

Le Japon et la Chine, suivis par Singapour et la quasi-totalité des pays d'Asie ont exprimé tout au long de la conférence de Doha, qui s'achève jeudi, leur opposition à voir la CITES s'emparer des espèces marines commerciales comme les requins, mais aussi le thon rouge d'Atlantique Est et de Méditerranée et les coraux rouges précieux.

Pas de protection pour le requin-marteau

La conférence de la CITES a aussi de nouveau refusé jeudi, en session plénière, de considérer la menace pesant sur le requin-marteau halicorne, ciblé pour ses ailerons, en refusant de lui accorder toute protection.

Les Etats-Unis ont demandé la réouverture du débat sur le classement de cette espèce (Sphyrna lemini), rejeté une première fois mardi à cinq voix près.

La proposition des Etats-Unis et de Palau visait un classement de ce requin à l'Annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées (CITES), qui aurait permis de réguler les exportations dans un délai de deux ans, afin de laisser aux services de douane le temps de se former à l'identification de ces ailerons.

L'UICN (Union mondiale pour la conservation de la nature) l'a classé comme espèce "mondialement en danger" et en recommandait l'inscription à la CITES, ainsi que le secrétariat de la Convention et la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation.

Le Japon et la Chine ont réitéré leur opposition et la proposition a été rejetée par un vote à bulletins secrets.

Les stocks de requins-marteau halicorne ont décliné de 83% en Atlantique Nord-ouest entre 1981 et 2005 et de 50 à 64% dans d'autres zones, selon la FAO.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK