La Chine a fermé le Tibet aux visiteurs étrangers

Des militaires chinois patrouillent dans les rues de Lhassa, la capitale du Tibet
Des militaires chinois patrouillent dans les rues de Lhassa, la capitale du Tibet - © EPA/STR

Les autorités chinoises ont fermé le Tibet aux visiteurs étrangers, ont annoncé mercredi des agences de voyage, dix jours après l'immolation par le feu de deux Tibétains. 37 Tibétains se sont immolés au cours des derniers mois, sans que la communauté internationale réagisse.

Cette mesure a été prise alors que vient de débuter un festival qui voit traditionnellement un afflux de touristes dans la région himalayenne placée sous étroite surveillance depuis une éruption de violences antichinoises en mars 2008.

Plusieurs agences de voyage ont indiqué que les autorités du tourisme du Tibet leur avaient signifié fin mai que les touristes étrangers ne seraient pas autorisés à se rendre dans la Région autonome, au sud-ouest de la Chine.

La crainte de nouvelles immolations

"Le Bureau du tourisme nous a demandé d'arrêter d'organiser des tours pour des groupes étrangers au Tibet fin mai. Nous ne savons pas quand cette mesure sera levée", a dit une employée du Tibet China International Tour Service.

Une autre agence a indiqué que cette interdiction pouvait être liée au festival de Saga Dawa, qui célèbre la naissance du Bouddha dans le calendrier tibétain.

Ce festival voit un afflux de pèlerins bouddhistes pour la célébration qui débutait cette année le 4 juin.

Répression

La Chine ferme épisodiquement le Tibet en période de tensions ou quand elle craint des troubles dans cette région où de nombreux Tibétains se plaignent de la répression de leur culture et de leur religion.

Depuis mars 2011, 37 Tibétains se sont immolés par le feu ou ont tenté de le faire dans les zones tibétaines des provinces chinoises avoisinantes, selon les organisations de défense des droits de l'Homme.

Le Tibet, dont l'indépendance n'était pas reconnue par la Chine, est occupé depuis 1950 par les forces chinoises. En 1959, après un soulèvement durement réprimé, le dalaï Lama, chef spirituel et temporel des Tibétains, a pris la route de l'exil vers l'Inde. Plusieurs dizaines de milliers de Tibétains l'y ont suivi.

On estime aujourd'hui à plus de six millions le nombre des colons chinois au Tibet, rendant les Tibétains minoritaires.

En 1989, le dalaï lama a reçu le prix Nobel de la paix pour sa lutte non-violente en faveur de son peuple.

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK