La chasse à une planète sœur de la Terre pourrait peut-être nous y faire découvrir de la vie

Le télescope spatial américain TESS vient de découvrir une nouvelle planète qui pourrait abriter la vie. Ce satellite, un ensemble de petits télescopes qui scrute une partie du ciel, avec des centaines d’étoiles, est parti en 2018, à la chasse aux exoplanètes, des planètes en dehors de notre système solaire, de la taille de notre Terre et à la bonne distance de leur étoile. TESS vient donc d’en débusquer une.

La planète Baptisée TOI 700 d, se trouve dans le voisinage (à l’échelle spatiale) de nous, à 100 années-lumière, précise la NASA. Elle est dans ce qu’on appelle la zone habitable de son étoile, c’est-à-dire, qu’elle pourrait avoir de l’eau liquide à sa surface et peut-être de la vie.

Comment fait-on pour les repérer à 100 années-lumière de nous ?

Pour les repérer, le télescope cible une partie du ciel où se trouvent de nombreuses d’étoiles, à la recherche de celles autour desquelles gravitent des planètes. La technique est simple, nous explique Emmanuel Jehin, astronome à l’université de Liège : "TESS attend que la luminosité d’une étoile baisse un tout petit peu et de façon périodique pour révéler la présence d’une planète qui passerait juste entre l’étoile et nous. Et donc, une planète qui pourrait être attachée à cette étoile, en orbite autour d’elle". Autrement dit, l’instrument peut enregistrer toute baisse même infime de luminosité d’une étoile, et si la luminosité est en baisse c’est qu’un objet est en train de passer devant elle et lui fait de l’ombre. Cet objet c’est une planète. Ce passage devant l’étoile, c’est ce qu’on appelle un transit.

Ici, la découverte est intéressante à plus d’un titre, car les astronomes ont découvert un système de 3 planètes dont une est particulièrement bien située, la nouvelle planète TOI 700 d. Depuis 11 mois, grâce à TESS, les astronomes suivent ses multiples transits, ils ont ainsi pu définir qu’elle était rocheuse comme notre Terre et d’une taille un peu plus grande (+20%) mais le plus important, c’est qu’elle serait située dans la zone habitable : "c’est la zone, pour nous les astronomes, autour d’une étoile, où il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, ce qui permettrait la présence d’eau liquide, si bien sûr la planète possède une atmosphère" poursuit l’astronome liégeois.

Elle pourrait peut-être donc abriter la vie. Ses dimensions ont été confirmées par un autre télescope "Spitzer".

TOI 700 d, la nouvelle exoplanète qui ouvre tous les espoirs

Les exoplanètes sont des planètes sœur de notre Terre qui sont pour le moment peu nombreuses à avoir été détectées. Certaines, dont les 7 planètes du système TRAPPIST-1, l’ont été par une équipe belge de l’université de Liège. TOI 700 d sont la première pour TESS, elle est plus brillante et plus proche de nous que les autres, ce qui en fait une candidate idéale pour la recherche scientifique y compris depuis les télescopes basés sur Terre.

Ces informations permettront d’en savoir plus sur sa composition. Les scientifiques ont déjà fait des simulations, l’une d’entre elles est une planète dont la surface est couverte d’océans avec une atmosphère très dense comme la planète Mars à ses débuts, l’autre ressemble à la Terre d’aujourd’hui mais complètement sèche sans nos océans. Dans tous les cas, grâce aux différents instruments, les prochaines observations mais aussi les analyses de nombreux chercheurs dans le monde devraient permettre de tirer son portrait. Un nouveau monde mystérieux qui abrite peut-être la vie.

"À force de chercher, on finira par trouver la vie sur ces exoplanètes"

Emmanuel Jehin rappelle que les télescopes sur Terre comme dans l’espace se multiplient. On vient de lancer CHEOPS, un télescope européen, réalisé en partie à Liège. Les technologies s’affinent aussi, on arrive à mieux caractériser les nouvelles venues.

Dans un an, un grand télescope dernier cri sera lancé par la NASA, il permettra de détecter les atmosphères de ces exoplanètes et savoir si ces atmosphères sont viables : "A force de chercher, on finira peut-être par y trouver la vie. Les meilleures candidates sont celles de TRAPPIST 1 que nous avons découvertes ici à l’université de Liège et celle d’aujourd’hui découverte par la NASA. Trouver des traces de vie à leur surface, trouver une autre Terre habitable, c’est le Graal de tous les astronomes !"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK