La carte interactive des ravages du mouvement anti-vaccination

La carte interactive des ravages du mouvement anti-vaccination
4 images
La carte interactive des ravages du mouvement anti-vaccination - © Tous droits réservés

Le site américain IFL Science publie une carte interpellante. Elle indique les endroits où des maladies, qui causaient des ravages dans le passé, prolifèrent à nouveau malgré l’existence de vaccins. On constate une résurgence inquiétante dans des pays où la seule explication de cette résurgence tient dans les conséquences de choix volontaires de ne plus vacciner les enfants "pour des raisons qui ne sont en aucun cas scientifiques", explique le site. Et qui mettent pourtant l'ensemble des enfants de ces sociétés en danger.

La carte interactive dont une capture est reprise ci-dessous indique les cas où des épidémies de rougeole, oreillons, la rubéole, polio et coqueluche se sont déclarées entre 2008 et 2014. Toutes ces maladies sont pourtant faciles à prévenir via la vaccination. Mais en l’absence de celle-ci, elles peuvent avoir des conséquences funestes.

Selon un organisme gouvernemental américain (le CDC), 164 000 personnes meurent de la rougeole chaque année, avec une résurgence constatée notamment en Grande-Bretagne. Les Etats-Unis ont constaté dans le pays une augmentation importante de la coqueluche, qui cause 195 000 morts par an.

Bien sûr le problème de région n’ayant pas accès aux vaccins ou pas les moyens d’en bénéficier reste entier. Cependant, dans le cas des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, ces maladies ne devraient plus se manifester du tout.

Pour rappel, en 1998, Andrew Wakefield publiait un article liant les vaccins contre certaines de ces maladies à l’apparition de formes d’autisme. Aucun scientifique n’a jamais confirmé ces affirmations. Surtout, il est désormais avéré que l’auteur a falsifié son étude ce qui a entraîné le retrait de sa licence de médecine.

Bien sûr, rien n’est absolument sans risque et des effets secondaires de vaccins peuvent se manifester mais c’est incroyablement rare", explique le site IFL Science. "Certains ne peuvent être vaccinés en raison d’allergies ou d’autres contrindications médicales. Cela ne rend que plus essentiel le fait pour ceux qui sont en mesure de se vacciner de le faire, créant ainsi une immunité collective pour les membres les plus vulnérables de notre société".

Autrement dit, alors que les pays en mesure d’assurer un accès global aux vaccins avaient de facto éradiqué ces affections, les mouvements anti-vaccins, basés sur une étude que l’on sait désormais être une fumisterie, ont provoqué leur résurgence.

Une aberration dont les ravages sont également visibles sur l’"anti-vaccine body count" (le compteur des morts de l’anti-vaccination). Au moment d’écrire ces lignes, ledit compteur indiquait d’une part, "nombre de cas de maladies possibles à prévenir: 134 786", de l’autre "nombre de cas d’autisme diagnostiqués scientifiquement liés aux vaccinations: 0".

 

Julien Vlassenbroek

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK