La carte interactive de la pauvreté en Belgique, commune par commune

La carte de la pauvreté en Belgique
La carte de la pauvreté en Belgique - © RTBF

La rédaction de la RTBF vous proposait en 2013 une carte interactive de la pauvreté en Belgique. Cette carte référence "l'indice synthétique de pauvreté", commune par commune, et laisse apparaitre de gros écarts de richesses entre les différentes régions du pays.

Premier constat en observant la carte, le contraste entre l'indice de pauvreté calculé en Flandre et celui de la Wallonie et de Bruxelles.

Si la Flandre semble bien se porter, Bruxelles est particulièrement touchée par la pauvreté, tout comme certaines provinces wallonnes comme le Hainaut.

Dans les grandes villes flamandes comme Anvers, Gand, Bruges ou Louvain, la pauvreté est beaucoup moins présente que dans les grandes villes wallonnes ou Bruxelles.

Par ailleurs, la pauvreté est plus intense dans les centres urbains fort peuplés, puis dans les zones rurales profondes, les zones rurales, les zones urbaines, les zones dites "intermédiaires" et enfin dans les zones rurales où le logement est cher.

Quelques surprises qui méritent des explications

Globalement, la carte de l'indice synthétique de pauvreté par commune est cohérente. Néanmoins, certaines communes ont une part de personnes pauvres surprenante.

Dans la zone rurale du Westhoek, la part de personnes pauvres semble relativement faible, malgré des revenus relativement bas enregistrés dans cette région.

Cela s'explique par deux facteurs :

  1. La part de personnes de plus de 64 ans est très élevée dans le Westhoek et les personnes pensionnées ont souvent des revenus imposables faibles car seule leur pension est enregistrée comme revenu.
  2. D'autre part, dans le Westhoek, la proportion de personnes qui ont le statut d'indépendant ou d'aidant est très élevée par rapport au reste du pays. On peut donc supposer que ces personnes ont tendance à sous-déclarer leurs revenus.

Concernant Knokke-Heist, la surestimation de la pauvreté est liée au fait que l'indice de coût du logement est tiré à la hausse par le prix de certaines catégories de logements luxueux dans cette commune.

De ce fait, cet indice prend la valeur la plus élevée à Knokke-Heist, ce qui ne reflète probablement pas la réalité des prix de l'immobilier auxquels sont confrontés les personnes en difficulté qui résident dans la commune.

Enfin, la pauvreté mesurée par l'indice synthétique des communes le long de la frontière luxembourgeoise et de l'Allemagne semble surestimée et ne correspond pas à ce à quoi l'on pourrait s'attendre.

Cela s'explique par le manque d'informations concernant les revenus des ménages dans ces régions et par le fait que ces ménages comprennent beaucoup de travailleurs frontaliers sortants dont le revenu du travail ou de pension ne sont pas pris en compte dans le calcul de l'indice synthétique de pauvreté.

Une carte réalisée à partir d'un indice basé sur 138 variables

Afin de pouvoir comparer et étudier la pauvreté, les auteurs de la recherche (1) se sont attachés à donner une définition de la pauvreté la plus complète possible, en créant un "indice synthétique de pauvreté".

Cet indice est basé sur 138 variables, pondérées et couvrant des domaines aussi variés que l’accès aux soins médicaux, l’équipement du ménage, le statut d’occupation du logement, les problèmes de paiement, la participation à la vie sociale, etc.

C'est cet "indice synthétique de pauvreté" qui a permis la réalisation de la carte ci-dessous

L'étude complète est à consulter sur le site www.luttepauvrete.be.

Grégoire Ryckmans

(1) Xavier May (ULB-IGEAT) et Pierre Marissal (ULB-IGEAT) sous la supervision de Christian Vandermotten (ULB-IGEAT) et Maarten Loopmans (KULeuven)

Mode d'emploi de la carte interactive : cliquer sur une commune pour connaître son taux de pauvreté.

La carte de la pauvreté en Belgique comune par commune

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK