La bulle de 5, mode d'emploi : combien de personnes pouvez-vous vraiment voir ?

C’est l’une des principales annonces de Sophie Wilmès, la Première ministre, ce lundi 27 juillet. Pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, notre "bulle sociale" va être considérablement réduite à partir de ce mercredi 29 juillet.

"Il y a un signal très clair de la part des virologues. Ils ont dit qu’il fallait agir à ce niveau-là", a souligné Sophie Wilmès.

Quelle est la règle exactement ?

La bulle sociale, c’est-à-dire "les personnes que vous pouvez voir de façon rapprochée en plus de votre foyer", passe à 5 personnes. Elles doivent être toujours les mêmes pour les quatre prochaines semaines.

Cette règle vaut donc "pour un foyer tout entier et non plus par personne, précise un communiqué de la Première ministre. Les enfants de moins de 12 ans ne comptent pas dans ces 5 personnes."


►►► À lire aussi : Avec la bulle de 5 personnes, c’est la fin des repas entre collègues


Avec cette bulle sociale, "les contacts pendants lesquels vous ne respecterez peut-être pas la distance de sécurité" sont autorisés, a précisé Sophie Wilmès lors d’une conférence de presse.

Et d’ajouter : "On donne une certaine souplesse, mais avec 5 personnes en dehors de votre foyer." D’autres contacts en dehors de la bulle sont toujours permis, dans le cadre du travail par exemple, à condition de respecter les distances de sécurité et les gestes barrières.

Avec les personnes qui ne font pas partie de votre bulle, vous pouvez quand même faire des activités qui ne nécessitent pas de contact rapproché. Par exemple : faire une promenade à pied ou à vélo, aller au musée...


►►► À lire aussi : Bulle de 5 personnes : "Il y aura un groupe qui va se détourner des règles"


Des rassemblements de dix personnes au total

Par ailleurs, "les rassemblements non-encadrés comme les réunions de famille ou entre amis seront limités à un maximum de 10 personnes (enfant de moins de 12 ans non-compris). Cette limite s’applique également aux réceptions et aux banquets".

Prenons deux exemples dans le cadre d’un événement privé tel qu’un mariage, un anniversaire ou un barbecue :

  • Une famille de deux adultes et un enfant de moins de douze ans peut voir cinq autres personnes de plus de douze ans. Cela fait donc sept adultes au total, auquel s’ajoute un enfant. La jauge de 10 personnes maximum est respectée. Si ce petit groupe a des contacts rapprochés au cours de l'événement, il forme alors une seule et même bulle. Plus question d'avoir des contacts rapprochés avec d'autres individus en dehors de cette bulle pendant les quatre prochaines semaines ;
  • une famille de deux adultes et quatre enfants de plus de douze ans ne peut pas se réunir avec cinq autres personnes. Le total des personnes réunies serait alors de 11, soit un de trop par rapport à la règle, bulle ou pas bulle.

►►► À lire aussi : Réduction de la bulle sociale à 5 personnes : comment en parler avec les enfants ?


Dans cette configuration, avez-vous le droit d'aller au café avec un ami ? Dans la mesure où il sera difficile de respecter les distances de sécurité, l'ami en question entre alors dans votre bulle. A vous de compléter celle-ci comme vous le voulez en respectant un maximum de 5 contacts.

"Aller au restaurant, c’est considéré comme avoir des contacts rapprochés avec les personnes qui sont avec vous à table. Vous ne pourrez pas respecter la distance d’1,5 mètres. Donc si vos collègues ne font pas partie de votre bulle sociale, alors vous ne pouvez pas aller au restaurant avec eux", explique ainsi Benoît Ramacker, le porte-parole du centre de crise national.

L'idée n'est donc pas d'être créatif ou de "chercher des échappatoires" comme cela a été rappelé lors d'une conférence de presse du centre de crise ce mercredi. Le but de cette règle, avec tout ce qu'elle a de contraignant et d'arbitraire, c'est de réduire les contacts pour contrer le virus.

Et en vacances ?

Pas question de réunir plus de 10 adultes dans un gîte pour des vacances par exemple. Y compris à l'étranger où, techniquement, ce sont pourtant les règles locales qui s'appliquent.

Car, comme le souligne l'infectiologue Emmanuel André, "les recommandations s’appliquent à tous les Belges, et certainement ceux qui sont actuellement en vacances. Nous sommes tous responsables de ne pas créer de nouveaux foyers d’infection à notre retour de vacances..."

"Dans les clusters des contaminations, c’est très souvent des mariages, des moments festifs", a encore justifié la Première ministre qui parle d’une décision "très difficile".

Celle-ci poursuit : "Je sais bien qu’à chaque fois que nous devons définir des règles, ce n’est pas facile et il y a toujours un temps d’adaptation."

Et Sophie Wilmès avertit : si les mesures ne rentrent en vigueur que ce mercredi, cela ne signifie pas que "nous devons faire n’importe quoi comme avant le lockdown". En clair : mieux vaut mieux éviter les énormes fêtes dès aujourd’hui.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK