"La Boum": peine de travail requise pour un participant

Le parquet a requis, jeudi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, une peine de travail de 200 heures à l'encontre d'un jeune homme. On lui reproche d’avoir lancé plusieurs projectiles en direction des policiers en intervention et de s’être rebêlé pendant son arrestation, lors de la "Boum" du 1er avril dernier au Bois de la Cambre à Bruxelles. L'avocat de la défense a plaidé quant à lui la suspension du prononcé de la condamnation. Le jugement sera prononcé le 4 juin.

Le ministère public a considéré que les faits qui sont reprochés au prévenu sont limpides compte tenu des images vidéo filmées. Cet étudiant a bien, selon lui, blessé deux policiers de la cavalerie de la police fédérale en jetant sur eux des bouteilles en verre. Tenant compte de l'absence d'antécédents judiciaires dans son chef, le magistrat a requis une peine de travail de 200 heures.

La défense a avancé que son client admettait avoir commis une faute, s'étant laissé emporter. Elle a rappelé que le prévenu s'était ensuite rendu et n'avait pas opposé de résistance, raison pour laquelle elle a plaidé la suspension du prononcé de la condamnation.

Le 1er avril 2021, quelque 1.500 à 2.000 personnes s'étaient rassemblées au Bois de la Cambre à Bruxelles, à la suite de l'annonce du faux festival musical "La Boum", un canular posté sur Facebook. Lorsque la police est intervenue pour disperser la foule, des altercations ont eu lieu. 34 personnes ont été blessées, dont 26 policiers et 8 participants au rassemblement, ainsi que plusieurs chevaux de la cavalerie de la police fédérale. Également, six véhicules de police ont été endommagés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK