La Belgique récupère l'ancien siège de l'OTAN et veut y juger les accusés des attentats du 22 mars

L’OTAN a restitué mardi à la Belgique son ancien siège, qu’elle a occupé de 1967 à 2018 avant d’emménager dans son nouveau bâtiment pharaonique, de l’autre côté du boulevard Léopold III dans la banlieue nord-est de Bruxelles. Le site a été restitué lors d’une courte cérémonie, a précisé l’Alliance atlantique.

L’ancien bâtiment a été vidé et toutes les structures temporaires retirées. Il a été remis au ministère belge de la Défense. "Aujourd’hui, nous avons dit un ultime au revoir à notre ancien quartier général, qui a servi l’OTAN durant des décennies et où tant de décisions historiques ont été prises par les Alliés", a affirmé la porte-parole de l’OTAN, Oana Lungescu.

"Nous remercions la Belgique pour l’avoir prêté à l’Alliance pendant si longtemps et nous lui sommes reconnaissants de son hospitalité continue dans notre nouveau siège, de l’autre côté de la route."

51 ans de service

L’ancien siège avait été construit en moins de 6 mois en 1966, lorsque la Belgique avait accepté d’accueillir sur son sol à la fois le siège de l’OTAN – qui venait d’être expulsée de Paris par le président Charles de Gaulle – et son quartier général, le SHAPE, installé à Casteau, près de Mons. Il ne devait être que "temporaire" mais a servi durant 51 ans.

En 2018, l’OTAN a emménagé dans son nouveau siège, un mastodonte futuriste d’acier, de béton et de verre, haut de 7 étages et d’une superficie équivalente à 25 terrains de football pouvant héberger 4500 personnes sur 250.000 m2, avec un coût total d’environ 1,17 milliard d’euros. Le terrain a été donné en concession par la Belgique.

Celle-ci compte utiliser l’ancien siège, après des aménagements, pour y tenir en 2021 ou 2022 le procès d’assises des responsables présumés des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles.

Sujet JT sur l'inauguration du nouveau bâtiment de l'OTAN, le 25 mai 2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK