La baleine boréale aperçue au large de la côte belge potentiellement gênée par un filet (vidéo)

La baleine boréale aperçue au large de la côte belge potentiellement gênée par un filet
La baleine boréale aperçue au large de la côte belge potentiellement gênée par un filet - © JUAN MABROMATA - AFP

La baleine boréale aperçue vendredi et samedi au large de la côte belge, entre Raversijde et Westende, pourrait avoir quelques problèmes dus à un filet de pêche qui a été abandonné en mer et qui est venu s'enchevêtrer autour de la base de sa queue, selon des clichés de l'animal analysés par l'association environnementale flamande Natuurpunt.

Une possible gêne voire même des blessures

Un tel ustensile enchevêtré peut parfois rendre plus difficile les plongées d'une baleine, et donc sa recherche de nourriture. Dans certains cas, des filets finissent par se retrouver dans la couche de graisse de l'animal, ce qui peut mener à des blessures profondes et ouvertes, expliquent les experts de Natuurpunt. Lors d'une marée haute, l'animal s'est approché à près de 600 mètres du bord de mer à hauteur de Middelkerke.

Il semble toutefois que le mammifère marin, qui doit remonter à la surface environ toutes les dix minutes pour respirer, soit en proie à quelques problèmes dus à ce vieux filet de pêche. Il n'est cependant pas certain que celui-ci procure une gêne à la baleine. D'après l'association flamande, sur base des photos et des images vidéo qui en ont été prises, il semble être question d'un spécimen relativement maigre, qui présente une peau endommagée sur les flancs et la queue. La problématique des filets de pêche abandonnés n'est, quant à elle, pas neuve.

Selon Natuurpunt, ceux-ci constituent "un gigantesque problème dans le monde entier". Un constat que confirme Greenpeace, qui estime que, chaque année, quelque 640 000 tonnes de filets cassés se retrouvent en mer. Au large de la côte belge, ce sont surtout les cabillauds, les homards et les crabes qui meurent dans ces pièges, qui gisent au fond de la mer. Des associations se chargent de les faire disparaître. En Belgique, c'est par exemple le cas d'Ecoduikers, dont les cinquante volontaires retirent annuellement une demi-tonne de ces ustensiles de pêche de la partie belge de la mer du Nord. Les filets sont ensuite recyclés en maillots de bain et en chaussettes. 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir