La baguette et les bouquinistes s'affrontent pour une place à l'Unesco

La France doit faire un choix. La baguette, les bouquinistes de Paris ainsi que les bistrots terrasses parisiens sont en lice pour être inscrits au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

Mais la France ne peut présenter qu’un seul dossier de candidature tous les deux ans à l’Unesco. La baguette tient le rôle de favori. Sa candidature est d’ailleurs soutenue par le président Emmanuel Macron.

"La baguette, c’est la France"

Une candidature que défend également Tony Doré, boulanger à Paris. "La baguette de pain, c’est la France. On peut la manger à toutes les sauces, le matin avec du beurre et de la confiture, le midi en accompagnement d’un plat et le soir avec un morceau de fromage, explique le boulanger, lauréat du prix de la meilleure baguette de France en 2015. La baguette française est reconnue dans le monde entier. C’est un produit inimitable parce que nous avons un savoir-faire, des techniques de travail presque secrètes. Le monde entier s’arrache la baguette, soit pour la déguster, soit pour apprendre à la faire. La baguette, c’est le patrimoine, l’artisanat, le savoir-faire français. On n’apprend pas à faire une bonne baguette en une semaine. C’est l’histoire de toute une vie."

Tenant du titre de la meilleure baguette de France cette année, Fabrice Leroy indique également que la baguette est très présente, très ancrée dans la culture française. "C’est devenu un patrimoine culinaire au même titre que la grande cuisine, souligne le boulanger parisien. L’origine de la baguette n’est d’ailleurs pas certaine. L’histoire que je préfère, c’est celle de l’ingénieur Fulgence Bienvenüe, le père du métro parisien. Les ouvriers se battaient parfois et cela pouvait se régler avec des couteaux parce que les travailleurs avaient des couteaux pour couper leur pain. L’ingénieur Bienvenüe aurait demandé à un boulanger de proposer un pain qui puisse se rompre sans utiliser de couteau. Et c’est comme ça qu’est née la baguette à la fin du XIXe siècle. Cette histoire est en tout cas plausible quand on lit les comptes rendus de chantier. Et depuis lors, la baguette fait partie de la culture française."

Les bouquinistes, c’est la plus grande librairie à ciel ouvert au monde

Les principaux concurrents de la baguette dans cette course à l’Unesco, ce sont les bouquinistes de Paris, présents le long des quais de la Seine, autour de la cathédrale Notre-Dame.

Le long du quai de la Tournelle, Jean-Guy, casquette vissée sur la tête, vend des livres depuis 30 ans. "Il est vrai que la baguette, c’est la France, et que les bouquinistes représentent plus Paris. Nous faisons partie de la carte postale de Paris. Les touristes, les Parisiens, ils se promènent le long des quais de la Seine pour nous voir. Mais les bouquinistes, c’est aussi la culture française, la culture du livre, et c’est unique au monde."

"C’est effectivement la plus grande librairie à ciel ouvert au monde, ajoute Jérôme Callais, bouquiniste le long du quai de Conti et président de l’association culturelle des bouquinistes de Paris. Nous sommes présents le long des quais de la Seine avec nos boîtes vertes et nos livres depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Avant l’installation des boîtes vertes, nos ancêtres, les colporteurs, exerçaient déjà le long de la Seine dans la seconde moitié du XVIe siècle. Nous sommes aujourd’hui plus de 230 bouquinistes sur 4 km de promenade. Nous représentons plus de 300.000 livres à la vente. Nous sommes ouverts tous les jours du 1er janvier au 31 décembre. C’est tout simplement unique au monde. Certains ont d’ailleurs essayé de nous imiter, à Londres, au Canada, mais ce n’est pas la même chose. Et puis, il y a le cadre. Nous sommes le long de la Seine, au cœur de Paris, autour de la cathédrale Notre-Dame."

La reconnaissance de l’Unesco est importante pour Jérôme Callais, "parce que les bouquinistes sont en péril", lance-t-il. "Nous nous enfonçons à cause du numérique, à cause de la crise du livre."

De plus en plus de bouquinistes vendent d’ailleurs des souvenirs et des illustrations qui attirent plus les touristes. Ce n’est pas le choix de Pascale, bouquiniste depuis 40 ans. "Je ne sais pas qui va gagner entre les gastronomes et les bibliophiles mais, ma foi, que le meilleur gagne. Et si ce n’est pas pour la prochaine fois pour nous, ce sera pour la suivante. Cela fait en tout cas parler des bouquinistes et rien que ça, c’est déjà très bien."

Une fois que la France aura fait son choix, et ce sera probablement celui de la baguette, son dossier sera étudié à la fin de l’année par l’Unesco. Les bouquinistes devront alors attendre, tout comme les bistrots terrasses parisiens qui, eux aussi, font figure d’outsider, et qui rêvent, eux aussi, d’être inscrits sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK