La bactérie tueuse d'oliviers se propage en Europe

Champ d'oliviers
2 images
Champ d'oliviers - © Pixabay-ulleo

Oliviers, agrumiers, vignes... La bactérie tueuse, la Xylella fastidiosa, apparue en 2013 dans le Sud de l'Italie, reste aujourd'hui une maladie sans remède. Depuis quelques mois, la bactérie a été détectée sur des oliviers et des chênes verts de Corse, une première selon le syndicat interprofessionnel des oléiculteurs de Corse. Aujourd'hui, ils craignent les dégâts qu'elle pourrait causer. 

La bactérie Xylella fastidiosa, c'est quoi ? 

Cette affection mortifère fait dépérir tous les arbres contaminés. L'origine de ce fléau serait un insecte volant. Cet insecte piqueur-suceur se nourrit de la sève des végétaux et, ainsi, propage la bactérie d'une plante à l'autre. Réputée pour être la bactérie tueuse d'oliviers, celle-ci perturbe la circulation de la sève et bloque l'alimentation de l'arbre. Ainsi, les oliviers souffrent du complexe de dessèchement rapide. La maladie provoque des brûlures foliaires sur les feuilles et assèche l'arbre jusqu'à ce qu'il périsse. En quelques années, elle a ravagé une plantation de 10.000 hectares en Italie. 

La mondialisation des échanges favorise, évidemment, la propagation de cette bactérie. Originaire du continent américain, et connu sous le nom de la maladie de Pierce, la bactérie est aujourd'hui localisé en Italie, en France, en Espagne et en Allemagne.

Aucun traitement n'existe 

Malheureusement, aucun moyen de lutter contre la bactérie n'a été mis au point. Selon Bruno Legendre, spécialiste de la bactérie, aucun remède permet de sauver ces plantes infectées. "Parce que pour lutter contre les bactéries, les principales armes sont des antibiotiques, les mêmes molécules que l'on utilise en santé humaine. Or il est interdit d'utiliser ces produits, à grande échelle, dans l'environnement", expliquait-il au Point. 

Pour le moment, les seules précautions à prendre sont d'arracher et de détruire les arbres atteints par la maladie, afin d'éviter que celle-ci se prolifère. 

Théorie du complot ou corruption ? 

S'agit-il, vraiment, d'une bactérie ? A qui profiterait le crime ? En 2016;  l'Italie s'est plongé dans un curieux scandale, sur le fond de combines malhonnêtes avec la mafia. 

La magistrature de Lecce (Italie) s'est saisie de l'affaire. Elle estime que les chercheurs auraient relâché accidentellement (ou volontairement ?), dans la nature, une souche de Xylella, importé du Costa Rica afin de l'étudier. Neuf chercheurs ont été mis en examen, suspectés d'avoir relâché la bactérie dans la nature. 

Tout a commencé en 2013, lorsque la bactérie a été repérée sur des oliviers. Rapidement, les arbres ont été abattus afin d'empêcher la prolifération de la maladie. Mais les agriculteurs et les associations chargées de la protection de l'environnement ont, tout de suite, accusé les scientifiques d'être à l'origine de sa propagation. 

Evidemment, les scientifiques rejettent ces affirmations. Selon eux, la souche sur laquelle ils travaillaient n'est pas de même nature que celle retrouvée sur les oliviers. 

JT 13/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK