Compléments alimentaires: attention aux interactions avec les médicaments

Les compléments alimentaires ne sont-ils qu'une mode?
Les compléments alimentaires ne sont-ils qu'une mode? - © Archive RTBF

Les compléments alimentaires sont à la mode, mais ils ne sont pas contrôlés comme des médicaments. Ils ne sont utiles que pour des carences avérées par des analyses médicales expliquait dans notre chat Sophie Thise, coordinatrice de recherche au CRIOC.

Les compléments alimentaires ont le vent en poupe, un Belge sur cinq en consomme quotidiennement. Comme ce ne sont pas des médicaments, ils ne sont pas vendus en pharmacie : on les achète dans des magasins spécialisés ou même dans des supermarchés. "Au regard de la loi, les compléments alimentaires sont assimilés aux denrées alimentaires. Le contrôle est effectué par l'AFSCA et l'autorisation de mise sur le marché par le SPF Santé publique" explique Sophie Thise. Selon elle, "il s'agit souvent de marketing, les personnes qui ont un mode de vie sain et qui n'ont pas de carences avérées par analyses médicales (alimentation, sommeil, sport...) n'ont pas besoin de compléments".

"Le prix des compléments est effectivement exagérés. Pour de la vitamine C, un bon kiwi le matin est préférable, plus efficace, moins cher et nettement meilleur" indique Sophie Thise. "Les pharmacies peuvent vendre des produits de parapharmacie (cosmétiques, compléments alimentaires, produits pédiatriques...). Au niveau des fabricants, les vendre en pharmacie donne une connotation 'médicale' à leurs produits".

Magnésium

"Le magnésium intervient à divers niveaux (notamment musculaire) dans le corps humain, s'il n'est pas apporté en quantité nécessaire par l'alimentation et qu'après analyse médicale une carence est trouvée, le médecin a raison de le prescrire. Cependant, le suivi doit être fait pour connaître l'évolution de la carence et arrêter la cure lorsqu'il n'y a plus de carences" explique Sophie Thise.

Concernant les produits destinés aux adeptes de bodybuilding, la représentante du CRIOC indique : "Les milkshakes sont à base de protéines, ils apportent une surdose en protéines qui peut être nocive pour les reins. Ils permettent effectivement de développer la masse musculaire mais sont dangereux pour la santé. Mieux vaut aller voir une diététicienne qui fera un programme adapté sans danger et à base d'aliments courants".

La législation sur les produits à base de plantes "devrait bientôt être modifiée concernant les allégations. Il faut noter que les produits amaigrissants à base de plantes ne fonctionnent pas et peuvent être dangereux".

Relisez ci-dessous le chat avec Sophie Thise.

RTBF

Relisez le chat avec Sophie Thise (CRIOC)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK