L'un des instigateurs présumés des émeutes à Borgerhout reste en prison

Hicham C. est soupçonné d'être l'un des instigateurs de émeutes de Borgerhout
Hicham C. est soupçonné d'être l'un des instigateurs de émeutes de Borgerhout - © Belga

La chambre du conseil d'Anvers a confirmé lundi le mandat d'arrêt de Hicham C. (30 ans). L'homme, qui est membre de Sharia4Belgium, est soupçonné d'être l'un des instigateurs des émeutes de Borgerhout (Anvers). Selon son avocat, le dossier ne contient pas suffisamment d'éléments pour affirmer cette hypothèse. L'avocat s'oppose donc à la prolongation du mandat d'arrêt. Cela implique la comparution, dans une quinzaine de jours, de Hicham C. devant la chambre des mises en accusation.

Hicham C. était présent à la station prémetro Drink, le 15 septembre à Borgerhout, où une manifestation contre le film anti-islam "L'innocence des Musulmans" s'est déroulée. Il y a cité une série de versets coraniques tout en appelant son audience à défendre l'honneur du Prophète.

"Est-ce que cela suffit à en faire un véritable instigateur ? Ou cela concerne-t-il tout simplement la liberté d'expression ? Il y a matière à discussion selon moi", s'est exprimé son avocat. En dehors de quelques infractions, le casier judiciaire de son client est vierge.

La manifestation contre le film anti-islam a dégénéré en émeute. La police a procédé, ce jour-là, à 230 arrestations administratives. Quatre jours plus tard, Hicham C. a aussi été privé de liberté.

Les enquêteurs affirment disposer d'assez de preuves. Il a été placé sous mandat d'arrêt pour appel à la haine ou violence contre les non-musulmans.

Fouad Belkacem, porte-parole de Sharia4Belgium, est derrière les barreaux depuis trois mois pour le même chef d'inculpation. Il a été placé sous mandat d'arrêt après la diffusion sur internet d'une vidéo à la suite du contrôle d'une femme portant le niqab en région bruxelloise.

Mardi, il passera devant la chambre des mises en accusation. Il est allé lui aussi en appel de la décision de prolongation de son mandat d'arrêt par la chambre du conseil.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK