L'océan Arctique, un cul-de-sac pour les déchets en plastique flottants

Une surfeuse sur la plage de Flackstad, en Norvège, près du cercle polaire, le 13 mars 2016
Une surfeuse sur la plage de Flackstad, en Norvège, près du cercle polaire, le 13 mars 2016 - © OLIVIER MORIN

L'océan Arctique est un cul-de-sac pour les débris en plastique flottant dans le nord de l'Atlantique, ont déterminé des scientifiques qui mettent en garde contre les risques présentés par cette pollution d'un écosystème unique.

Cette étude, publiée mercredi dans la revue américaine Science Advances, confirme que les objets et matériaux en plastique sont abondants et répandus dans les eaux à l'est du Groenland et du nord de la Scandinavie, alors même que ces régions sont peu peuplées. Les déchets, normalement, devraient y être nettement moins importants.

Ces observations montrent l'importance de bien gérer la collecte des déchets plastiques à leur source, car une fois dans l'océan, leur destination peut être imprévisible, relèvent ces scientifiques.

Les mers semi-fermées comme la Méditerranée, dont les pourtours sont très peuplés, sont fortement polluées par du plastique.

Mais de telles accumulations n'étaient pas attendues à des latitudes polaires peu peuplées.

Très abondants

En 2013, pendant l'expédition Tara Oceans menée avec la goélette scientifique française, des chercheurs dont Andrés Cózar, un scientifique de l'Université de Cadiz en Espagne, ont repêché à l'aide de filets des débris en plastique. La plus grande partie de l'océan arctique était peu polluée par ces morceaux de plastique, précise l'étude.

Mais ces débris étaient en revanche très abondants dans les eaux baignant le Groenland et dans la mer de Barents située au nord de la Norvège et de la Russie occidentale.

Selon ces chercheurs il y aurait des centaines de tonnes de déchets et fragments de plastiques flottant à la surface sans compter ce qui se trouve déjà dans les fonds marins.

À la suite des courants

La proportion de certains types de débris dans les échantillons récupérés par les membres de l'expédition leur fait penser qu'ils viennent de très loin, comme par exemple des côtes d'Europe du nord, du Royaume-Uni et de l'est des Etats-Unis.

Une partie de ces déchets pourrait aussi provenir des navires croisant dans les eaux locales, selon ces chercheurs.

Ces derniers ont suivi le cheminement des déchets de plastique dans le Nord de l'océan Atlantique avec 17 000 bouées qui sont des relais de satellites. Ces observations ont confirmé que cette pollution vers les régions polaires suivait un courant appelé circulation thermohaline.

Selon cette étude, les débris de plastique flottant dans l'Arctique représentent actuellement moins de 3% du total mondial mais pourrait continuer à augmenter avec ce courant marin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir