L'invasion de "fourmis folles" se poursuit dans le sud des Etats-Unis

L'invasion de "fourmis folles" se poursuit dans le sud des Etats-Unis
2 images
L'invasion de "fourmis folles" se poursuit dans le sud des Etats-Unis - © Tous droits réservés

Les "Rasberry Crazy Ants", les fourmis folles de Raspberry en français, ont commencé à se faire connaître en 2002 autour de Houston, au Texas, où elles envahissent les habitations. Depuis lors, elles n'ont cessé de proliférer. Aujourd'hui, certains n'hésitent pas à parler de pandémie à propos de cette espèce invasive.

Ces fourmis ont aujourd'hui colonisé "27 comtés différents du Texas et ont également été repérées en Louisiane, dans le Mississippi, en Floride et en Géorgie", peut-on lire dans un article récemment publié par le New York Times.

Il faut dire qu'il a fallu attendre 10 ans avant de pouvoir identifier cette espèce, la Nylanderia fulva. Elle doit son surnom de fourmi folle au fait qu'elle se déplace rapidement et de façon totalement désorganisée (elles changent constamment de direction). Plusieurs explications ont été avancées à ce sujet sans vraiment pouvoir être confirmées jusqu'à présent. Quant au nom "Rasberry", c'est celui de Tom Rasberry, le premier spécialiste de l’éradication des nuisibles à avoir identifié ce phénomène.

En attendant, ces insectes ont tendance à rendre fous les habitants des régions infestées. Il faut dire qu'elles sont particulièrement invasives et si leur morsure n'est pas douloureuse, elles adorent les appareils électriques créant de nombreux courts-circuits. Elles adorent ainsi coloniser les interrupteurs électriques, les fours à micro-ondes, les compteurs à gaz ou encore les ordinateurs. Elles peuvent aussi grimper en masse sur vos pieds, vos chevilles et vos jambes.

Dans The New York Times, un de ces habitants affirme que ces fourmis arrivent par vagues de millions d'individus et qu'il est impossible de les éradiquer. Elles reviennent toujours de plus en plus nombreuses. A tel point, que leurs amis ne veulent plus venir chez eux, de peur d'être infestés à leur tour.

"Ce type de fourmi est difficile à contrôler, car elles peuvent quitter leur nid dès l’instant qu’on y introduit un insecticide ou du poison. A l’image de nombreuses autres fourmis invasives, comme les fourmis rouges importées (Solenopsis invicta), qui seraient également arrivées aux Etats-Unis par cargo, les colonies de fourmis folles de Rasberry ont plusieurs reines. Comme ont pu le constater les exterminateurs de Houston, cette caractéristique leur permet de se reproduire beaucoup plus vite que les espèces n’ayant qu’une seule reine et rend plus difficile la destruction d’une colonie entière", peut-on lire dans un article du Courrier International datant de 2008.

Depuis des "Task Force" ont été mises en place pour tenter de mettre fin au problème, mais pour l'instant aucune solution miracle n'a été trouvée. En attendant, l'espèce continue à progresser. Une étude a montré qu'elle progresse d’environ 200 m par an. Et cela coûte de l'argent. Rien que pour 2012, le gouvernement fédéral a dépensé 2,2 milliards de dollars selon The New York Times.

Récemment une autre espèce de fourmis folles a fait parler d'elle en Polynésie française. Des fourmis jaunes dans ce cas-ci. La télévision publique française Polynésie 1re en a parlé en septembre dernier.

 

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK