L'interdiction de vol n'a qu'un impact minime sur l'environnement

RTBF
RTBF - © RTBF

L'impact positif de l'interdiction de vol en Europe sur l'environnement est négligeable. Le véritable effet bénéfique réside dans la réduction des nuisances sonores dans les environs immédiats des aéroports, commente Jan Turf, membre de l'organisation environnementale flamande Bond Beter Leefmilieu (BBL).

En raison d'une importante éruption volcanique en Islande, le trafic aérien est très sérieusement affecté depuis jeudi dernier dans toute l'Europe.

"Si l'on considère qu'il n'y a plus de vols en Europe, cela entraîne une réduction des émissions de CO2 de seulement 2% après une semaine. Sur base annuelle, cette interdiction de vol sur une partie de l'Europe a donc un effet négligeable".

Si l'interdiction devait se poursuivre plusieurs semaines, l'effet serait alors plus substantiel en terme d'environnement, ajoute-t-il.

Le seul effet positif mesurable est vraisemblablement l'absence de bruit la nuit, assurant aux riverains directs des nuits paisibles.

Le trafic aérien en Europe représente entre 5 et 12% des émissions de CO2 à l'échelle européenne sur base annuelle.

Les secteurs les plus émetteurs en CO2 sont le trafic routier (voitures et camions), le chauffage domestique, et l'industrie.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK