L'intelligence artificielle de Google rate un contrôle de mathématiques pour des élèves de 16 ans

L’intelligence artificielle de Google rate un contrôle de mathématiques pour des élèves de 16 ans
L’intelligence artificielle de Google rate un contrôle de mathématiques pour des élèves de 16 ans - © Tous droits réservés

Rien ne semble arrêter les succès de l’intelligence artificielle. Rien que cette semaine, l’intelligence artificielle (IA) s’est invitée dans une application pour coloriser les photos en noir et blanc, dans l’initiative du ministère français de l’Économie pour détecter les entreprises en difficulté, ou encore en Estonie, où elle s’apprête à faire son entrée au tribunal pour des jugements de délits mineurs quand les dommages et intérêts ne dépassent pas 7 000 €. Et puis parfois, il y a un raté …

C’est ce qui vient d’arriver à DeepMind, l’entreprise pourtant très performante de Google en matière d’intelligence artificielle. On lui doit notamment la victoire de son programme AlphaGo contre le champion européen en titre au Jeu de Go (jeu considéré comme un des plus complexes au monde). C’était en 2016, et la première fois qu’une machine gagnait contre un joueur professionnel. Mais DeepMind ne se limite aux jeux, elle travaille notamment aussi dans le domaine médical.

 

Échec et math

Et pourtant… et pourtant DeepMind essuie aujourd’hui un échec. Un échec d’autant plus cuisant qu’à priori, l’épreuve paraissait largement à sa portée : un contrôle de math pour élèves de 16 ans d’une école secondaire anglaise. De plus, la machine avait préparé le test qui portait notamment sur des problèmes d’arithmétique et d’algèbre plutôt simples.

Score sans appel : 14 bonnes réponses seulement sur 40 questions. Et parmi les questions que l’IA n’a pas pu résoudre, celle-ci :

"Quelle est la somme de 1+1+1+1+1+1+1 ?".

 

Pourquoi une IA n’a pas pu répondre à cette question élémentaire?

En fait, cette expérience a été menée par l’entreprise DeepMind elle-même. Elle a voulu tester la capacité de raisonnement mathématique des réseaux neuronaux.

L’étude fait l’objet d’un long rapport très circonstancié publié par l’Université Cornell, une des plus prestigieuses du monde. Et, dans les grandes lignes (même si c’est beaucoup plus complexe que cela évidemment) elle met en lumière la difficulté qu’illustre précisément cette question : "Quelle est la somme de 1+1+1+1+1+1+1 ?". Ce qui pose problème pour l’IA c’est le mélange de mots, de symboles et de chiffres. Une intelligence humaine parvient à articuler ces différents éléments, à en saisir le sens et à les intégrer dans un raisonnement. Mais à ce stade, c’est beaucoup plus ardu pour une intelligence artificielle.

 

Place à la progression

Cependant l’Intelligence artificielle évolue en matière cognitive, dans le domaine de la connaissance et dans l’intégration des langages différents. Cette recherche aura en tout cas permis de confirmer qu’il y a là une marge de progression. Alors peut-être qu’il nous reste une question à nous poser :

celle de savoir ce qu’est vraiment l’intelligence humaine. Qu’est ce qui est son essence ? Et dès lors, qu’est-ce qu’il va nous rester, un fois que l’IA sera capable de résoudre bien plus que des contrôles de math ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK