L'insuretech: quand les assurances passent au digital

Cette nouvelle technologie va apporter une offre plus adaptée et de meilleure qualité pour les particuliers.
Cette nouvelle technologie va apporter une offre plus adaptée et de meilleure qualité pour les particuliers. - © RTBF

On a souvent parlé des "Fintech", c'est-à-dire la digitalisation du monde de la Banque: on peut consulter son compte, on peut faire des virements, on peut investir en Bourse, on peut avoir même une intelligence artificielle qui nous conseille sur nos placements ou sur nos prêts hypothécaire. Aujourd'hui, cela arrive également dans le monde de l'assurance: ça s'appelle l'Insurtech.

On parle de digitalisation, de numérisation, mais ce n'est pas simplement créer des applications pour faciliter le remplissage des formulaires, il s'agit d'automatiser une série de processus, de réinventer l'assurance et même d'inventer de nouveaux produits.

Des offres sur mesure

Cette nouvelle technologie va apporter une offre plus adaptée et de meilleure qualité pour les particuliers. Car il y a une meilleure connaissance des clients, surtout grâce au Big Data. Dans le secteur de l'assurance, le Big Data va permettre de pouvoir mieux recalculer le risque, puisqu'on va dire "à tel endroit, il y a plus de risque d'accident, par rapport à tel profil de personnes". On va pouvoir vraiment développer des offres sur mesure et des produits avec un prix adapté sur mesure.

Au-delà de ça, il y a les simplifications administratives: on va pouvoir être beaucoup plus rapide dans la manière dont les offres sont proposées. Le client ne devra plus attendre d'avoir passé une batterie de tests, puisque sur base de son comportement, et toute une série de statistiques, l'assureur pourra lui offrir un prix.

Ce nouveau système propose les choses les plus simples, c'est toutes les petites applications qui vous aident à simplement faire un constat. Dans ce constat, vous allez, par exemple, pouvoir uploader des photos de l'accident. Le chatbot va vous aider à mieux comprendre certaines questions, vous permettre aussi de répondre, tout en amenant une certaine flexibilité. Par exemple, vous allez pouvoir avoir une assurance pour deux jours, pour un objet que vous devez assurer en dernière minute, ça se fera très rapidement. Et puis, des données seront disponibles par rapport à une série d'objets connectés. Cela peut être des objets qui analyseront votre santé, par exemple, et en fonction de ça, on pourra vous faire des suggestions de prix. Mais il y aura aussi des objets qui, par exemple, quand vous êtes dans votre voiture, va mesurer votre style de conduite.

Cadre légal

Il faudra bien sûr porter une attention particulière au cadre légal pour bien encadrer ça. Maintenant, il y a aussi des avantages. Vu que les destinées sont liées entre l'assureur et l'assuré, l'assurance va parfois essayer d'avoir un rôle préventif. En cas de risque météo ou d'un risque sismique, l'assurance va anticiper grâce à toute une série de datas, et alerter les assurés afin d'éviter que le sinistre ne se réalise, ou du moins d'en limiter l'impact.

Les grands acteurs du monde de l'assurance ne sont pas exclus de l'insuretech, ils sont même parfois les pionniers. La start-up, c'est un concurrent, mais il a aussi une certaine agilité qui peut inspirer le secteur. C'est pourquoi les gros acteurs investissent, parfois près de 100 millions d'euros, dans l'insuretech. Parmi les société belges, il y en a un qui est incontournable, c'est Cover qui gère tous les produits de A à Z. Ils ont carrément tout revu, de la fabrication du produit à sa distribution et son marketing, et en plus, il y a même des insuretech qui développent leurs produits. Ils seront d'ailleurs à Las Vegas les 3 et 4 octobre pour être mis à l'honneur parmi les meilleurs du monde à la grand-messe.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK