L'"indigné" Stéphane Hessel est décédé à l'âge de 95 ans

Au fil des ans, il a alterné les fonctions à l'ONU, concernant l'aide au développement, et des postes dans la haute fonction publique française touchant à la coopération.

Ancien membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (1992-2005), il était resté très actif après sa retraite en 1983, notamment médiateur pour les sans-papiers en 1996-1997.

Né le 20 octobre 1917 à Berlin, arrivé en France à 7 ans, Stéphane Hessel était le fils de Franz et Helen Hessel, née Grund, qui inspireront, avec l'écrivain Henri-Pierre Roché, le trio "Jules et Jim" porté à l'écran par François Truffaut.

Naturalisé français en 1937, normalien, diplômé d'études supérieures de philosophie, il est mobilisé en 1939 et rejoint les Forces françaises libres en 1941. Arrêté par la Gestapo, il est déporté en 1944 à Buchenwald.

A la Libération, il entame une carrière diplomatique comme détaché au secrétariat général de l'ONU (1946-1951). Il participe, au côté de René Cassin, à l'élaboration de la Déclaration universelle des Droits de l'homme, sans en être rédacteur.

Il est ensuite notamment conseiller au cabinet de Mendès-France (1954-1955), premier conseiller à Saïgon (Vietnam) (1955-1957), conseiller puis chef de la mission culturelle et universitaire à Alger (1964-1968).

En 1975, alors conseiller du ministre de la Coopération, il échoue dans sa mission pour faire libérer Françoise Claustre, otage au Tchad.

Nommé président de l'Office national pour la promotion culturelle des immigrés, il est ensuite représentant permanent de la France auprès de l'Office des Nations-Unies en 1977.

De 1981 à 1983, il est délégué interministériel pour les questions de coopération et d'aide au développement.

Stéphane Hessel a aussi été membre de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (1982-1985), membre du Haut conseil à l'intégration (1990-1994) et du Haut-Conseil de la coopération internationale (1999-2003).

Grand officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1939-45, Rosette de la Résistance, il a publié "Danse avec le siècle" (1997), "Dix pas dans le nouveau siècle" (2002), "Citoyen sans frontières" (2008), "Le Chemin de l'espérance" avec Edgar Morin (2011), "Engagez-vous" (2011), livre d'entretiens avec Gilles Vanderpooten.

En mai 2011, Stéphane Hessel a été fait citoyen d'honneur de la Ville de Bruxelles en reconnaissance pour son action internationale pour la paix et les libertés. "La ville de Bruxelles vous félicite pour être passé par la résistance, la volonté de combat, le choix de sortir des camps et surtout d'être un homme d'action. C'est parce que l'on agit que l'on peut effectivement changer le cours de l'histoire", avait alors souligné Freddy Thielemans, bourgmestre de la Ville de Bruxelles.

En 2012, Stéphane Hessel et Albert Jacquard ont conjugué leurs voix pour lancer un appel contre l'arme atomique dans "Exigez ! Un désarmement nucléaire total".

Mais c'est son manifeste "Indignez-vous!" (Indigène), vendu depuis octobre 2010 à quelque 4 millions d'exemplaires dans le monde, qui en a fait une célébrité. Et le terme d'"indignés" a été repris par les manifestants, notamment en France, en Espagne et en Grèce.

Une figure "consacrée à la défense de la dignité humaine"

Le Premier ministre Elio Di Rupo a appris "avec émotion le décès de Stéphane Hessel, une personne formidable et un exemple pour nous tous", a-t-il indiqué mercredi sur le réseau social Twitter.

Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères, s'est dit quant à lui "attristé d'apprendre le décès de Stéphane Hessel, grand résistant, auteur de "Indignez-vous!", vibrant appel aux jeunes".

Le président du PS Paul Magnette indique dans un communiqué avoir appris "avec une profonde tristesse le décès de Stéphane Hessel, homme de gauche et européen convaincu, reconnu et admiré pour ses prises de position engagées." Le bourgmestre de Charleroi salue la mémoire de cette personnalité "hors norme qui s'est battue toute sa vie pour la paix et les libertés".

Les coprésidents d'Ecolo Emily Hoyos et Olivier Deleuze rendent eux hommage à "un grand homme engagé (...) dans tous les grands combats de ces dernières décennies en faveur d'un monde plus juste: engagé pour la paix, engagé pour les droits de l'homme, engagé pour les sans-papiers, engagé pour le désarmement nucléaire ou pour l'environnement."

Le président français a salué en Stéphane Hessel, l'ancien résistant et diplomate. "J'apprends avec une grande tristesse la disparition de Stéphane Hessel", écrit-t-il dans un communiqué diffusé mercredi par l'Elysée, "c'était une grande figure dont la vie exceptionnelle aura été consacrée à la défense de la dignité humaine".

"C'est au nom de ses valeurs qu'il s'engagea dans la Résistance", souligne François Hollande, avant de rendre hommage aussi au diplomate qu'il fut "au service de la paix" et à l'Européen "marqué par la guerre", qui s'est "mobilisé pour l'unification de notre continent".

"Sa capacité d'indignation était sans limite, sauf celle de sa propre vie. Au moment où celle-ci s'achève, il nous laisse une leçon, celle de ne se résigner à aucune injustice. J'adresse à sa famille et à ses proches le témoignage de notre reconnaissance", conclut le communiqué.

Invité de L'Indiscret, fin 2011, il expliquait: "Je veux qu’ils (les jeunes, NDLR) ne se laissent pas décourager par la difficulté réelle à affronter les défis d’aujourd’hui, qui sont moins faciles à analyser que les défis que nous avons connus. Quand on a un Adolf Hitler, c’est facile de dire qu’on est contre. Mais aujourd’hui, comment savoir contre qui on est ? Les grands banquiers ? Mais ce n’est peut-être pas uniquement la faute des banquiers. C’est peut-être aussi la faute des grands commerçants (…), des gouvernements. Il faut repérer quelles sont les forces contre lesquelles il s’agit d’être dynamique".

Enfin, à Bruxelles, le président du Parlement européen Martin Schulz a salué dans un tweet "le grand Européen, toujours engagé, jamais satisfait, mû par un esprit de combat et de liberté".

Regardez ci-dessous son interview dans L'Indiscret en novembre 2011:

 

 

J.C., avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK