L'imam mis en cause dans Questions à la Une n'officiera plus à Anderlecht

L'émission "Questions à la Une" diffusée ce mercredi soir se posait cette question : "Faut-il craindre l'Islam ?". Dans ce cadre, une équipe de la RTBF a discrètement enregistré ce qui se disait lors des prêches dans la nouvelle mosquée d'Anderlecht. Cet enregistrement du discours de l'imam s'était fait en caméra cachée, le 9 mars dernier, au lendemain de la journée internationale des femmes. L'émission est disponible ci-contre. 

"Ce qu'ils appellent la fête de la femme est devenue une fête. C'est la fête POURIM dont l'origine est juive et qui date de 480 avant Jésus-Christ", prêche, de manière erronée, l'imam. "C'est encore une juive, Clara Zetkin, qui a relancé cette fête au 20è siècle. Écoute, femme musulmane, en célébrant cette fête, tu imites la femme juive dans un comportement qui est loin d'être divin", explique-t-il. 

"Que des ignares pour respecter la fête de la femme"

Cette journée, reconnue par les Nations unies, prône l'égalité entre hommes et femmes. Des valeurs qui ne sont visiblement pas du goût de l'imam : "Il ne faut pas suivre ce que ces ingrats, ces vulgaires, ont créé comme fête qui n'appartient pas à la culture musulmane", poursuit l'imam.

"On ne trouve que des ignares pour respecter cette fête, ou bien des hommes politiques partisans qui veulent désorienter les gens de la voie divine. Craignez Dieu ! Il faut suivre la Sunnah. Il faut fuir les cultures innovatrices, qui ne font pas partie de l'Islam". Des propos interpellant qui ne prônent pas vraiment la tolérance. 

"Si c'est vrai, il doit prendre la porte"

Même s'il s'agit d'un cas isolé, le bourgmestre d'Anderlecht a été directement mis au courant de la teneur de ces propos. Gaëtan Van Goidsenhoven (MR) est abasourdi. S'il voyait d'un très bon oeil l'ouverture de cette nouvelle mosquée, il se sent aujourd'hui piégé. Les propos tenus sont "inacceptables", selon lui. Toujours dans le reportage de "Questions à la Une", le député sp.a bruxellois d'origine marocaine Fouad Ahidar se montre furieux à l'égard de l'imam: "Si c'est vrai qu'il a tenu de tels propos, il doit prendre la porte", dit-il à notre journaliste, Frédéric Deborsu. 

Les réactions ne se sont pas fait attendre. L'imam mis en cause dans "Questions à la Une" n'officiera plus à la mosquée Al Amal d'Anderlecht. C'est la décision prise par les admninistrateurs de l'ASBL qui gère la mosquée. Il ne s'agissait pas de l'imam officiel de la mosquée, préviennent-ils: il ne sera donc tout simplement plus invité à venir prêcher à Anderlecht. 

Le CCOJB félicite l'Exécutif des Musulmans

À travers un communiqué, le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB) félicite l'Exécutif des Musulmans de Belgique "pour sa rapide et ferme réaction à l'encontre de l'imam mis en cause lors de l'émission de la RTBF 'Questions à la Une'". En renvoyant le prêcheur, "l'Exécutif condamne les dérives islamistes contraires aux valeurs de l'Islam et qui ne souffre que trop (...) des manques de respect de la Femme et de l'antisémitisme". 

RTBF

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK