L'Exécutif des Musulmans réprouve le départ de jeunes Belges en Syrie

Dans son communiqué de presse, l'EMB souligne qu'il a "toujours" invité les imams et les responsables des mosquées à tenir des discours pacifiques auprès des fidèles. Il ajoute que "pour éviter de circonscrire erronément cette problématique aux mosquées", il faut tenir compte de "facteurs plus généraux".

Parmi ces facteurs, l'EMB souligne tout d'abord que "c'est en-dehors de tout cadre officiel et contrôlé, que ces jeunes, décrits comme 'sans repère', seraient enrôlés". Ensuite, l'organe représentatif des musulmans de Belgique indique que la "frustration que vivent les citoyens de confession musulmane à l'égard de la non-reconnaissance de leurs droits humains fondamentaux ouvre largement la porte aux manipulateurs d'opinion", dont ceux qui incitent ces jeunes à devenir des combattants en Syrie.

"Un encouragement implicite par la politique internationale"

Enfin, l'EMB estime que "l'encouragement implicite par la politique internationale concernant le conflit syrien est également directement lié à ces départs condamnables". Contacté par notre rédaction, le président de l'exécutif, Semsettin Ugurlu a précisé qu'il fallait entendre par là que la quasi-unanimité de la communauté internationale (à l'exception notable de la Chine et de la Russie) contre le régime d'Al-Assad, couplée à une inaction de ces mêmes acteurs internationaux peut inciter certains à vouloir agir eux-mêmes.

L'EMB dit poursuivre ses efforts de sensibilisation auprès des jeunes de confession musulmane, notamment par le biais de formations des ministres de culte, et lance un appel aux autorités en vue d'élaborer "ensemble des pistes de résolutions constructives pour enrayer les multiples facteurs et conséquences de cette problématique de départs de jeunes vers la Syrie".

Julien Vlassenbroek avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK