L'Évêque de Liège sur l'accueil des réfugiés en Belgique: "J'ai honte"

"On n’en fait pas assez" pour accueillir les réfugiés, regrette Jean-Pierre Delville, l’Évêque de Liège, lors de l’Invité de Matin Première.

Le vicariat de Bruxelles vient d’éditer le manuel "Réfugiés : comment mieux les accueillir ?". Objectif : permettre aux groupes qui accueillent les réfugiés de mieux savoir comment s’orienter pour donner des adresses, et mieux connaître les règles administratives dans l’accueil des réfugiés.

Il considère qu’il existe un principe de subsidiarité entre le monde politique et la société civile : "On demande au gouvernement de faire attention aux faits politiques. La société civile est à la base, elle voit ce qu’il se passe sur le terrain. Elle commence bien souvent à prendre l’initiative et puis c’est après un certain temps que le gouvernement prend les choses en main."

Un accueil plus large et structuré

L’Évêque de Liège trouve que la Belgique n’en fait pas assez en matière d’accueil des réfugiés : "J’ai honte, car nous ne sommes pas suffisamment accueillants même par rapport à beaucoup de pays du sud. Le Liban accueille pratiquement un million de Syriens. L’Ouganda, un million de Sud-Soudanais. Nous avons l’impression d’être envahis, mais nous ne faisons pas énormément."

Le 14 janvier 2018, lors de la journée mondiale du migrant et du réfugié, le pape a publié une liste de 20 points d’attention pour influencer les Nations Unies qui vont rédiger une charte de l’accueil des étrangers.

Jean-Pierre Delville constate que la manière d’accueillir a évolué. Il est loin le temps où des personnes étaient hébergées dans les églises : "Il faut un accueil plus large et plus structuré. Ce n’est pas dans une église que l’on peut accueillir des personnes à longue échéance." L’Église organise maintenant des housing cafés. Il s’agit d’espaces de rencontre entre personnes qui cherchent un toit et les personnes qui ont un domicile.

Fake news

Selon Jean-Pierre Delville, on constate un repli sur soi à cause de la mondialisation dans le monde entier et l’église veut venir avec des nouvelles positives pour contrecarrer les "fake news". "Vous savez ce qu’il se passe à 10.000 kilomètres, mais là où vous êtes, vous devenez tribal, vous créez des oppositions et des fausses nouvelles en disant : ‘il y a trop d’étrangers, ils sont méchants’".

L’Évêque condamne également les arrestations menées lundi dans le centre culturel Globe Aroma : "Ça me choque, car nous sommes à la limite de ce que la constitution le permet. Le respect du domicile de la personne est fondamental dans notre constitution." D’après lui, les magistrats ne sont pas du tout favorables à un changement de nouvelles procédures concernant les visites domiciliaires.

Couloir humanitaire

En collaboration avec les autres communautés religieuses, l’Église catholique a mis en place des couloirs humanitaires qui ont permis à 150 personnes d’avoir les papiers totalement en règle . "Cela permet aux réfugiés d’être protégés sans devoir risquer leur vie en traversant la Méditerranée."

Il déconseille de renvoyer les Soudanais dans leur pays au vu de la situation critique dans la corne d’Afrique : "C’est très dangereux de renvoyer des Soudanais dans leur pays. La situation au Sud-Soudan est catastrophique. La situation au Soudan se maintient parce qu’il y a une dictature assez impitoyable et par conséquent des gens fuient au Sud-Soudan où ils retrouvent la guerre civile."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK