L'Europe est-elle devenue une véritable passoire ?

Faut-il rétablir les contrôles aux frontières?
Faut-il rétablir les contrôles aux frontières? - © RTBF

Ce qui frappe dans l’affaire de la fusillade du Musée juif de Belgique, c'est la facilité apparente avec laquelle le suspect a pu revenir en Europe et voyager librement après avoir mené le djihad en Syrie. Ce n’est pourtant pas les signes de radicalisation qui manquaient. Durant son incarcération déjà, Mehdi Nemmouche prêchait un islam radical. Alors l'Europe serait-elle devenue une passoire pour extrémistes ?

Vous avez déjà sans doute tenté l'expérience: quand vous prenez un ticket de train pour Paris votre carte d’identité n’est pas contrôlée, par contre, si vous allez à Londres elle devient une pièce indispensable pour voyager. L'explication est simple, la France fait partie de l'espace Schengen. A l'intérieur de cette forteresse, des touristes effectuent plus d'un milliard de voyages sans contrôles aux frontières. Mais comme chaque forteresse, elle a ses faiblesses. Medhi Nemmouche est au moins passé dans trois pays membres : l'Allemagne, la Belgique et la France.

Pour Anne Weyembergh, spécialiste de l’espace Schengen, de l’Institut d’études européennes de l’ U.L.B "Y a pas à parler de passoire. On a, en effet, supprimé les contrôles aux frontières intérieures, mais par ailleurs, on a renforcé la coopération policière et la coopération judiciaire en matière pénale. Ce qui est donc frappant ici c’est que ce Monsieur va pouvoir être remis très rapidement à la Belgique". Elle poursuit "L’espace Schengen a justement été un atout pour arrêter le suspect".

Anne Weyembergh précise "Lorsque la personne en question est rentrée en Allemagne, elle a franchi une frontière extérieure de l’Union via l’aéroport de Francfort, et donc les autorités allemandes ont pu se rendre compte via le SIS (système d’information Schengen) qu’elle avait pénétré dans le territoire Schengen ".

Les Etats ont toujours la possibilité de rétablir des contrôles aux frontières lorsqu'ils sont face à une menace grave pour leur sécurité. Mais si on veut que l’espace Schengen devienne un véritable atout, il faut encore renforcer la collaboration policière entre Etats-membres.

Adeline Bauwin avec V. Saintpo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK