L'équipage du Boeing disparu en Indonésie n'a pas émis de signal de détresse

L'équipage du Boeing disparu en Indonésie n'a pas émis de signal de détresse
L'équipage du Boeing disparu en Indonésie n'a pas émis de signal de détresse - © Belga

L’équipage du Boeing qui s’est abîmé au large de l’Indonésie avec 62 personnes à bord n’a pas envoyé de signal de détresse avant de tomber en mer, a indiqué un responsable de l’enquête lundi alors que les plongeurs recherchent les restes de l’avion et les boîtes noires.

Un enregistrement des communications de l’équipage avec les contrôleurs aériens révèle des dialogues de routine et aucun échange avant que le Boeing 737-500 de Sriwijaya Air ne plonge en mer de quelque 10.000 pieds en moins d’une minute samedi, a indiqué Nurcahyo Utomo, enquêteur de l’agence indonésienne de sécurité des transports (NTSC).

Comme une conversation normale

"C’est comme une conversation normale et il n’y a rien d’inquiétant", a-t-il expliqué à l’AFP. "Il n’y a pas mention d’une situation d’urgence ou de quelque chose de ce type". Les données préliminaires suggèrent que "très probablement" l’avion était encore intact quand il a touché l’eau.

"Mais nous ne savons pas à ce stade ce qui a causé le crash", a insisté l’enquêteur. Une vaste opération de recherches impliquant quelque 2600 sauveteurs et militaires a permis de localiser le signal de deux boîtes noires de l’appareil à quelque 23 mètres de profondeur que les plongeurs recherchent encore.

Des images diffusées par la marine montrent un fond marin jonché de débris où les secours ont repêché de nombreux débris, morceaux de fuselage et restes humains. Ces derniers sont transférés vers un hôpital de la police où des spécialistes cherchent à les identifier grâce à des échantillons d’ADN prélevés chez des proches des victimes. La police a dit avoir identifié une première victime lundi grâce à l’empreinte digitale d’une de ses mains remontée à la surface.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK